•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un test de salive pourrait bientôt dépister l'alzheimer

Les mains d'un homme âgé.
L'alzheimer est difficile à diagnostiquer avant que la maladie n'atteigne un stade avancé. Photo: iStock
Radio-Canada

Un test de salive pourrait-il dépister l'alzheimer? Une découverte de l'Université de l'Alberta donne beaucoup d'espoir en ce sens, car des chercheurs ont trouvé trois biomarqueurs dans la salive qui permettraient de repérer les personnes en voie de développer la maladie bien avant l'apparition des symptômes.

Un texte de Mirna Djukic

La salive des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer est différente de celles des autres. Elle se démarque par des biomarqueurs, soit des composés qui donnent un indice sur l'état biologique de la personne. Cela peut être aussi simple que les traces d’alcool dans l’haleine qui révèlent qu’une personne est en état d’ébriété.

Dans ce cas-ci, il s'agit de méthylguanosine, d'histidinyl-phenylanaine et de choline-cytidine. Ces composés aux noms peu attrayants se retrouvent dans la salive de tout le monde, mais leur concentration est exceptionnellement élevée chez les personnes atteintes d’alzheimer.

Cela aura pris sept ans de travail conjoint à Roger Dixon, chercheur en psychologie, et à Liang Li, chercheur en chimie, pour les identifier.

Dépistage précoce à bas prix

L'augmentation de ces biomarqueurs se manifeste très tôt chez les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou celles qui risquent fortement de l'être.

Le test de salive permettrait d'identifier les personnes en voie de développer la maladie cinq à dix ans avant l’apparition des symptômes, selon Roger Dixon, un des auteurs de la recherche.

« L’alzheimer [...] se développe pendant une longue période. Ce que nous essayons de faire avec le test de salive, c’est de retourner au début de ce processus, avant que les personnes ne puissent être diagnostiquées », explique-t-il.

À l'heure actuelle, aucun test fiable ne permet de dépister la maladie avant l'apparition des symptômes. Habituellement, on ne la découvre que lorsqu'elle a atteint un stade avancé, grâce à un mélange d'imageries médicales et de tests cognitifs.

Malgré des milliards de dollars investis dans la recherche dans les dernières années et quelques avancées qui donnent espoir, il n'y a aucun remède contre la maladie d'Alzheimer. Selon le chercheur Roger Dixon, le dépistage précoce est donc d'autant plus important. Cela permettrait de faire une meilleure prévention.

« Plus on dépiste les gens tôt, plus on a de chances de les mettre dans [....] une voie qui retarde l’alzheimer plutôt qu’une voie qui accélère la maladie », affirme-t-il.

Un autre avantage important du test de salive, c’est qu’il est abordable et non invasif. Il serait facile à utiliser dans les communautés rurales éloignées, les communautés autochtones et les pays en voie de développement, où les diagnostics traditionnels sont plus difficiles d’accès.

La maladie d'Alzheimer en hausse

Le nombre de personnes vivant avec l'alzheimer ou une démence similaire est aujourd'hui estimé à 47 millions dans le monde. Ce nombre a plus que doublé depuis 1990. Il devrait presque tripler d'ici 2050, selon un rapport de la Société internationale d'Alzheimer.

Au Canada, 564 000 personnes vivent avec une démence. Selon la Société Alzheimer du Canada, cela représente un coût annuel de 10 milliards de dollars pour le réseau de santé et l'appui aux proches aidants.

Plus de 58 % des personnes atteintes de démence vivent dans des pays avec des revenus faibles ou moyens. Ce nombre sera de 68 % en 2050.

À suivre

Les chercheurs devront continuer leur travail s’ils veulent mettre le test de salive sur le marché. Ils ont déjà commencé une seconde étude avec un échantillon beaucoup plus grand. Ils comptent en faire une autre pour vérifier que la présence des biomarqueurs est bien spécifique à l’alzheimer. Pour ce faire, ils testeront la salive de personnes atteintes d'autres types de démence. Les chercheurs de l’Université de l’Alberta encouragent par ailleurs tous les autres scientifiques à utiliser leurs résultats pour accélérer la recherche.

Alberta

Alzheimer