•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une agence responsable de la sécurité blâmée par la vérificatrice

Image de la couverture du rapport annuel avec la vérificatrice en arrière-plan.
Le rapport annuel de la vérificatrice générale Bonnie Lysyk compte plus de 1300 pages. Photo: Radio-Canada / Pierre-Oliver Bernatchez
Radio-Canada

Le gouvernement ordonne des changements pour que les peluches, les ascenseurs et les réservoirs de mazout soient sécuritaires.

Un texte de Claudine Brulé

Le ministre des Services aux consommateurs demande à l’Office des normes techniques et de la sécurité (ONTS) de lui remettre un rapport dans moins de deux mois lui expliquant comment il allait respecter son mandat d’assurer la sécurité des Ontariens, après un rapport accablant de la vérificatrice générale.

Bonnie Lysyk notait dans son rapport annuel que la surveillance que doit effectuer ONTS n’est pas adéquate dans plusieurs domaines.

Quelques exemples :

  • En 2018, l’ONTS a renouvelé les permis d’exploitation de plus de 300 ascenseurs qui avaient été mis hors service en raison de leur manque de sécurité.
  • L’Office sait que certains distributeurs de mazout livrent leurs produits dans des réservoirs qui fuient et des réservoirs qui posent un risque de rejet de monoxyde de carbone, mais n’a rien fait.
  • En 2018, 82 % des ascenseurs n'ont pas passé le test de l'inspection, essentiellement parce que les travaux d’entretien et de sécurité exigés par la loi n'ont pas été réalisés dans les délais prévus.
  • Le contenu de produits comme les oursons en peluche ou les coussins décoratifs est rarement inspecté pour s’assurer qu’il correspond à ce qui est indiqué sur l’étiquette.
  • Bonnie Lysyk soulignait par ailleurs que son équipe a pu acheter des animaux en peluche d’un magasin après que l’Office des normes techniques et de la sécurité eut pourtant ordonné leur retrait.

Ces conclusions étaient les plus choquantes selon la vérificatrice générale qui a remis un rapport de plus de 1300 pages à l’Assemblée législative.

Bonnie Lysyk soutient que l’ancien gouvernement libéral pour n’a pas assumé ses responsabilités de surveillance du travail de l’Office.

La présidente de l’Office des normes techniques et de la sécurité, Bonnie Rose, reconnaît qu’il faut apporter des changements au fonctionnement de son organisation. Elle affirme que la direction a déjà identifié des points à améliorer.

Le conseil d’administration et l’équipe de direction reconnaissent la nécessité de changements.

Bonnie Rose, présidente de l’Office des normes techniques et de la sécurité

Le ministre des Services aux consommateurs Bill Walker veut un plan détaillé de l’ONTS sur son bureau avant la fin du mois de janvier.

Il n’écarte pas la possibilité de changer le conseil d’administration et l’équipe de direction de l’organisation.

Toronto

Politique provinciale