•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa évalue les risques des produits contenant du talc

De la poudre sort d'un contenant en plastique.
Poudre pour bébé Photo: The Associated Press / Matt Rourke
La Presse canadienne

Les consommateurs ne devraient pas inhaler de poudre de talc ni utiliser ce produit sur les organes génitaux féminins, car il pourrait causer des lésions pulmonaires ou le cancer de l'ovaire, selon Ottawa. Le gouvernement évalue actuellement les risques du produit.

Une « ébauche d'évaluation préalable » produite par les ministères fédéraux de la Santé et de l'Environnement recommande également que la poudre pour bébé soit tenue éloignée du visage des enfants afin d'éviter l'inhalation, qui pourrait causer des troubles pulmonaires.

Le talc absorbé dans les poumons peut entraîner des difficultés respiratoires, une diminution de la fonction pulmonaire et une fibrose, voire une cicatrisation des poumons, estiment les scientifiques du gouvernement.

Comme les particules de talc sont persistantes, elles s'accumulent dans les tissus pulmonaires humains, ce qui peut entraîner une diminution de la capacité à combattre les infections, des changements inflammatoires et une fibrose.

Les produits contenant ce minerai naturel ont par ailleurs été associés au cancer de l'ovaire chez certaines femmes, et la Société canadienne du cancer a identifié l'utilisation de talc sur les organes génitaux comme un facteur de risque possible.

L'évaluation préalable du gouvernement fédéral porte sur la sécurité du talc dans les produits comme les cosmétiques, les antisudorifiques, les déodorants génitaux, les lingettes pour le corps de même que les poudres pour bébé et pour le corps, le visage ou les pieds, ainsi que les crèmes contre les irritations et les érythèmes fessiers.

« L'ébauche d'évaluation préalable ne permet pas de croire que l'ingestion de talc (par exemple, présent dans les aliments ou les médicaments) ou les expositions par voie cutanée ou par inhalation découlant de l'utilisation de poudres compressées (par exemple, de fards à paupières ou à joues) présentent un risque pour la santé humaine », estiment les scientifiques.

Le gouvernement affirme que si son évaluation finale confirme que le talc de certains produits est nocif pour la santé humaine, des mesures seront prises pour gérer les risques identifiés.

Les scientifiques du gouvernement proposent par contre de conclure que le talc « n'a pas d'effet nocif sur l'environnement ».

Le cas Johnson & Johnson

En juillet dernier, Johnson & Johnson a été condamnée par un tribunal de St-Louis, aux États-Unis, à verser 6,26 milliards de dollars à 22 plaignantes qui alléguaient que l'amiante dans la poudre de talc contenue dans certains des produits de l'entreprise avait été la cause de leur cancer des ovaires.

Les plaignantes ont allégué que la multinationale savait que sa poudre de talc était contaminée avec de l’amiante depuis au moins les années 1970, mais qu’elle n'avait pas averti les consommateurs.

Six des 22 plaignantes sont mortes du cancer des ovaires.

Santé publique

Santé