•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Érosion aux Îles : le constat des dégâts

Signes d'érosion sur une plage des Îles-de-la-Madeleine
Des habitants des Îles-de-la-Madeleine craignent l'érosion grandissante. Photo: Radio-Canada / Luc Paradis
Radio-Canada

La tempête qui a frappé les Îles-de-la-Madeleine la semaine dernière n'était pas la première et ne sera pas la dernière, selon un spécialiste en génie côtier mandaté par Québec pour faire un portrait de la situation.

Les changements climatiques comme la quasi-absence de glace fragilisent de plus en plus l'archipel. Les deux tiers du littoral sont composés de dunes. Plus rien ne protège les îles.

Le site de la Grave, à l'île du Havre-Aubert, est considéré comme particulièrement vulnérable. Les 236 kilomètres de côte de l'archipel aussi.

Lorsque des vents de plus de 100 km/h soufflent sur les îles, les lendemains sont de plus en plus douloureux. La tempête de jeudi dernier laisse d’importantes séquelles. Un peu partout sur les plages, les Madelinots peuvent faire le constat des dommages causés par l’érosion.

Le spécialiste en génie côtier Yann Ropars explique qu’auparavant, les tempêtes hivernales n'atteignaient pas la côte. Maintenant, dit-il, elles frappent très régulièrement. Le nombre de tempêtes n'a pas changé, mais le nombre de tempêtes qui arrivent sur la côte et qui brisent a beaucoup augmenté.

Demarcation entre l'enrochement de la plage de la Martinique à Cap-aux-Meules et le sable de la plage.L'enrochement du littoral est permanent à la plage de la Martinique de Cap-aux-Meules pour la protéger les infrastructures routières. Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Le maire Jonathan Lapierre indique que chaque site menacé ou qui a connu une accélération de l’érosion lors des dernières tempêtes sera visité.

Yann Ropars remettra un rapport à Québec. Le maire Lapierre souhaite que Québec se mobilise pour aider l’archipel. Il faut établir une liste d'actions prioritaires et présenter un plan au gouvernement du Québec pour un investissement.

D’ores et déjà, les besoins de l'archipel pour contrer l'érosion des berges sont évalués à plus de 50 millions de dollars, selon le maire.

En attendant, des employés du ministère de la Sécurité publique seront à la salle communautaire de Cap-aux-Meules, jeudi, pour répondre aux questions des citoyens sinistrés par le passage de la tempête de jeudi dernier. Le décret ministériel sur le programme d’aide aux sinistrés a été signé samedi lors du passage aux Îles de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

D'après un reportage de Bruno Lelièvre

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement