•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’État de Washington dit non à l’achat d’Avista par Hydro One

Le réseau de distribution d'Hydro One.

Le réseau de distribution d'Hydro One.

Photo : La Presse canadienne / Darren Calabrese

Radio-Canada

La Commission des services publics et des transports de l'État de Washington rejette une offre d'achat d'Avista par Hydro One, en raison de l'ingérence du gouvernement Ford dans les affaires du distributeur d'électricité ontarien.

La commission estime que la transaction, évaluée à 6,7 milliards de dollars, n’est pas dans l’intérêt du public.

Elle mentionne que le gouvernement Ford a forcé le PDG d’Hydro One à prendre sa retraite et le conseil d’administration, à démissionner. Selon elle, cela prouve que la province place les considérations politiques avant les intérêts des actionnaires.

Le gouvernement ontarien détient 47 % des actions d’Hydro One.

La société avait assuré lors d’audiences sur l’achat d’Avista que la province ne ferait pas de pressions politiques sur la compagnie.

Par courriel, une porte-parole du ministère de l'Énergie, du Développement du Nord et des Mines Greg Rickford a répondu que le gouvernement défendait les intérêts des Ontariens, qui sont les actionnaires principaux d'Hydro One.

Nous sommes convaincus que les nouveaux dirigeants d'Hydro One prendront de bonnes décisions d'affaires, dans l'intérêt des actionnaires.

Selon le porte-parole néo-démocrate pour l'environnement, Ian Arthur, le refus de la commission américaine démontre que « l'intervention de Doug Ford a envoyé une onde de choc dans les milieux d'affaires et fait augmenter les risques pour ceux qui veulent faire des affaires en Ontario ».

Avec les informations de La Presse canadienne

Énergie

Économie