•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d'un employé du CN : un métier dangereux, selon un ancien chef de train

Une photo de Pierre-Luc Lévesque, portant un chandail bleu.
La victime, Pierre-Luc Lévesque, était père de deux enfants. Photo: Maison funéraire O'Regan
Radio-Canada

Pierre-Luc Levesque, 33 ans, a été tué accidentellement mardi matin dans la cour de triage du Canadien National (CN) à Edmundston. Un retraité qui a travaillé pendant 36 ans dans le milieu ferroviaire affirme qu'il s'agit d'un métier dangereux.

Jean-Marc Dionne est un ancien chef de train qui, tout comme Pierre-Luc Levesque, a travaillé à Edmundston. Mais Jean-Marc Dionne a travaillé dans ce milieu pendant 36 ans. Pierre-Luc Levesque, lui, n'y était que depuis le mois de septembre, comme chef de train et stagiaire.

Des policiers examinent les lieux de l'accident sur une voie ferrée, près d'une locomotive et de wagons immobilisés.Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a envoyé une équipe d’enquêteurs sur les lieux de l'accident ferroviaire mortel à la gare de triage d’Edmundston. Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Il s'agit du cinquième accident fatal dans le milieu ferroviaire en 13 mois au pays, selon Christopher Monette, directeur des affaires publiques de Teamsters Canada, le syndicat national qui représente les travailleurs des chemins de fer du CN.

On a toujours su que la job qu’on avait, ça pouvait être dangereux, raconte Jean-Marc Dionne.

Juste des petits moments de distraction, ça peut être fatal.

Jean-Marc Dionne, retraité du milieu ferroviaire

On se disait qu’on avait travaillé, comme moi 36 ans, et qu’il n’était rien arrivé. Mais plusieurs fois, il aurait pu arriver des choses, ajoute-t-il.

Voir la mort de près

Il raconte que lui-même a vécu une expérience dangereuse au cours de sa carrière. Un soir, lors d’une manoeuvre, il s'est coincé le pied entre un wagon qui reculait et un mur de glace.

Je pensais que c’était fini.

Jean-Marc Dionne, retraité du milieu ferroviaire
Jean-Marc Dionne en entrevue avec une journaliste. Jean-Marc Dionne est un ancien cheminot. Photo : Radio-Canada

Il a heureusement réussi à s’extirper. Je me suis fait mal au pied, mais c’était banal par rapport à ce qui aurait pu arriver. J’ai quand même été chanceux.

Il souligne toutefois que les mesures de sécurité deviennent de plus en plus strictes. Il y a beaucoup plus de règlements tout de suite qu’il y en avait quand on a commencé, par contre ce n’est pas parfait à 100 %.

Une locomotive, vue de face, sur les rails enneigés. Sur le côté, un passant prend une photo du train.Ce n'est pas le premier incident mortel au pays dans la dernière année. Photo : Gracieuseté Mike Spence, maire de Churchill

Le Bureau de la sécurité des Transports du Canada (BST) a déployé deux enquêteurs sur les lieux de l’accident survenu mardi.

Selon les premières observations du BST, une collision se serait produite lors d’une manoeuvre de triage, mardi matin. L’enquête se poursuit.

Nouveau-Brunswick

Accidents et catastrophes