•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des taux de mercure record dans les eaux arctiques

La fonte de la glace du pergélisol est visible sur cette côte dans le delta de Mackenzie, aux Territoires du Nord-Ouest.
Les changements climatiques provoquent la fonte du pergélisol et des glissements de terrain dans les ruisseaux des Territoires du Nord-Ouest. Photo: Ressources naturelles Canada / Roger MacLeod
Radio-Canada

La fonte du pergélisol entraîne une contamination élevée au mercure des ruisseaux des Territoires du Nord-Ouest, selon une étude publiée par des étudiants en doctorat de l'Université de l'Alberta.

Un texte de Tiphanie Roquette

Les chercheurs ont prélevé des échantillons d’eau dans huit ruisseaux des Territoires du Nord-Ouest en amont et en aval des glissements de terrain créés par le dégel du pergélisol.

Ils y ont trouvé des concentrations de mercure de 1200 nanogrammes par litre, alors que le taux le plus élevé trouvé précédemment au Canada n’était que de 18.

« Initialement, on était vraiment surpris parce que les concentrations avaient l'air vraiment hautes, notamment en comparaison de ce qu'on mesure d'habitude dans les eaux », explique la doctorante en biologie Kyra St. Pierre.

L'étude est publiée dans la revue scientifique Environmental Science and Technology.

De vastes régions concernées

Surpris par leur découverte, les étudiants ont poussé les prélèvements plus loin des glissements. Ils ont trouvé les mêmes taux jusqu'à 3 kilomètres en aval.

Les résultats confirment les conséquences nocives pour l’environnement de la fonte des sols gelés de la zone arctique.

Quel danger pour les humains?

Le mercure est cependant présent majoritairement dans les sédiments dans l’eau. Les chercheurs ne savent pas encore si sous cette forme, l’élément toxique pourrait être absorbé par la faune et la flore environnante.

« Il se peut que le mercure lié aux sédiments soit accessible aux bactéries qui peuvent le transformer en une autre forme », suggère Mme St. Pierre, qui ne veut toutefois pas paniquer les gens.

Alberta

Changements climatiques