•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Un envoyé de Dieu dans les rues de Montréal

    Des gens sont debout à côté du premier motorisé du père Emmett Johns.
    Il y a 30 ans, le père Emmett Johns lançait le programme caritatif Dans la rue au centre-ville de Montréal. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    On a célébré en 2018 le 30e anniversaire de l'association caritative pour les jeunes Dans la rue, du père Emmett Johns. Nos archives conservent des témoignages de la vie et de l'œuvre d'un prêtre catholique qui s'est mis au service des démunis des rues de Montréal.

    C’était toute une démarche pour un prêtre […] S’en aller avec des jeunes du milieu criminel, des jeunes drogués, des jeunes sans-abri. […] Mettons qu’ils sont loin du Bon Dieu et des prêtres.

    Rolland Bourget, ex-directeur du service de police de la Communauté urbaine de Montréal

    Ce prêtre dont parle Rolland Bourget, c’est le père Emmet Johns, alias père « Pops ». L’ecclésiastique, comme nous le montre le reportage que la journaliste Josée Dupuis présente au Téléjournal/Le Point le 22 novembre 2004, a connu un parcours hors normes.

    Le père « Pops » au service des jeunes de la rue

    En 1988, le père Emmett Johns souffre de dépression. Sa tâche de prêtre dans des paroisses à Pointe-Claire et à Lachine dans le « West Island » montréalais lui laisse un vide. Il songe au suicide.

    Ironiquement, sa remontée vers la lumière se fera en fréquentant l'obscurité des nuits du centre-ville de Montréal.

    En 1988, il achète un motorisé usagé avec un prêt de 10 000 dollars et commence à arpenter les rues du centre-ville de Montréal la nuit jusqu’à quatre heures du matin, quatre jours par semaine.

    Le père Emmett Johns cherche à aider les jeunes qui demeurent dans la rue. Avec le père « Pops », les jeunes (et les moins jeunes) sans domicile fixe trouvent de la nourriture, une oreille compréhensive et qui ne juge pas et de la chaleur humaine qui leur a souvent manqué à la maison.

    Depuis 30 ans, la roulotte du père Emmett Johns, et son organisme caritatif Dans la rue, font partie du paysage urbain de Montréal et a aidé les jeunes de la rue, les encourageant à trouver leur voie dans la société.

    La journaliste Margot Ricard a suivi le père « Pops » dans une de ses tournées nocturnes. Elle en rapportera un reportage qu’elle présentera à l’émission Second regard du 27 octobre 1991.

    Le 19 décembre 1993, le père Emmett Johns a fondé ce que les jeunes appellent affectueusement le « bunker ». Ce service, c'est le toit complémentaire à la roulotte motorisée. Il offre un abri temporaire d'urgence pour subvenir aux besoins de base de jeunes personnes sans domicile fixe.

    On y trouve entre autres une cafétéria, un dépôt de vêtements et une clinique pour les humains et les animaux.

    Le « bunker » fait aussi la promotion du retour aux études auprès des jeunes décrocheurs et propose des cours de français, de mathématiques et d’informatique.

    Il offre même de l’aide financière à ceux et celles qui désirent retourner à l'école.

    En 2016-2017, selon le rapport annuel de l’organisme Dans la rue, la roulotte qui circule toujours dans le centre-ville de Montréal a distribué 187 000 hot-dogs, a servi 33 800 repas à sa cafétéria et a attribué 70 bourses d’études à de jeunes décrocheurs.

    Le père Emmett Johns est décédé le 13 janvier 2018. Pour honorer sa mémoire, le gouvernement du Québec a créé un prix à son nom qui récompensera une personne qui a œuvré pour aider les jeunes durant sa carrière.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société