•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Waymo lance son service de taxis autonomes

Une photo montrant trois mini fourgonnettes blanches portant le logo de Waymo sur l'une de leurs portes.

Les voitures autonomes de Waymo sont équipées de nombreux capteurs qui les aident à distinguer les obstacles.

Photo : Reuters / Caitlin O'Hara

Reuters

Waymo a lancé mercredi un service payant de taxis autonomes. Il s'agit d'un pas de plus dans sa coûteuse quête d'une décennie pour le transport non supervisé.

Sans tambour ni trompette, l’entreprise a commencé à facturer à ses clients l'utilisation de ses véhicules autonomes dans une zone d’environ 160 kilomètres en banlieue de Phoenix, où elle teste sa technologie depuis 2016.

Générer des revenus est une étape stratégique importante qui propulse Waymo devant ses rivaux américains, notamment General Motors et Uber, qui ne facturent pas encore leurs services. Toutes ces entreprises sont engagées dans une course pour être les premières à fidéliser une clientèle et à récupérer les milliards qu’elles ont investis dans le développement de cette technologie.

Pour utiliser le service de Waymo, baptisé Waymo One, les clients doivent télécharger une application et fournir un numéro de carte de crédit, tout comme pour Uber et Lyft, entre autres services. Pour l’instant, un conducteur humain est toujours derrière le volant, mais seulement pour intervenir en cas d’urgence.

Des défis de taille

D’importants défis subsistent, à commencer par des obstacles techniques. Un taxi Waymo One testé par Reuters la semaine dernière effectuait parfois des mouvements saccadés et roulait lentement.

Les lois gouvernant l’industrie aux États-Unis forment par ailleurs une courtepointe incohérente qui pourrait ralentir significativement l’expansion.

Waymo n’a pas voulu dévoiler le nombre de ses véhicules en service sur les routes de l’Arizona. L’entreprise dit que son service offert 24 heures sera dans un premier temps limité aux centaines de personnes invitées à s’inscrire l’an dernier.

Pour l’instant, les tarifs de Waymo One sont semblables à ceux d’Uber et de Lyft. Une course de 15 minutes sur 4,8 km a coûté 7,59 $ US à Reuters la semaine dernière, légèrement au-dessus de la même course avec Lyft (7,22 $ US).

« Avec le temps, nous espérons rendre Waymo One accessible à davantage de personnes du public, a écrit mercredi le directeur général de Waymo, John Krafcik, sur un blogue. La technologie de conduite autonome est une nouveauté pour de nombreuses personnes, alors nous avançons prudemment. »

Une longue route

L’entreprise teste ses voitures autonomes depuis une décennie. Sa flotte, qui compte maintenant 600 véhicules, a enregistré plus de 16 millions de kilomètres sur des routes publiques dans près de 25 villes américaines. Alphabet refuse d’indiquer son investissement total, mais des experts de l’industrie croient qu’il s’établit à bien plus de 1 milliard de dollars.

Rentabiliser la conduite autonome a pris du temps. Une poignée de jeunes pousses, incluant la bostonienne Optimus Ride, est parvenue à remporter des contrats en fournissant des services de conduite non supervisée à basse vitesse dans des environnements fermés, tels que les grands sièges sociaux ou les sites pour retraités.

Le lancement d’un service de taxi dans les rues métropolitaines de Phoenix souligne les grandes ambitions de Waymo, croit Ryan Chin, cofondateur et directeur général d’Optimus Ride.

« Si vous décidez d’investir autant de capital et de temps ainsi que dans l’ingénierie, vous devez vous tourner vers le plus grand marché du taxi robotisé, dit-il. Vous pouvez débuter dans les plus petits marchés, mais l’objectif ultime est d’attirer la plus grosse prise. »

Intelligence artificielle

Techno