•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépister la présence du cancer en 10 minutes

Le test utilise un liquide qui change de couleur pour révéler la présence de cellules malignes dans le corps.
Le test utilise un liquide qui change de couleur pour révéler la présence de cellules malignes dans le corps. Photo: Université du Queensland

Un test universel qui permet de détecter les traces du cancer dans le corps est en cours de développement, ont annoncé des scientifiques australiens.

Un texte d'Alain Labelle

L’analyse, simple et peu coûteuse, peut être réalisée à partir du sang ou d’une biopsie en moins de 10 minutes.

Ce test utilise un liquide qui change de couleur pour révéler la présence de cellules malignes dans le corps. Il ne permet cependant pas de savoir où se trouve le cancer.

Le Dr Abu Sina et ses collègues de l’Université du Queensland s'appuient sur une approche nouvelle en matière de détection du cancer qui cible une nanostructure de l’ADN qui semble commune à tous les cancers.

La nouvelle technologie s'est avérée précise à 90 %.

Si le test en vient à être commercialisé, cette procédure simple pour les médecins pourrait mener à un dépistage systématique de la maladie.

Le saviez-vous?

  • Près de la moitié des Canadiens développeront un cancer au cours de leur vie et environ un quart en mourront.
  • Pas moins de 210 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués et quelque 80 800 personnes en meurent chaque année.

Trouver un point commun

Il existe plus de 100 types de cancer, une maladie qui prend naissance dans les cellules et dont les signatures diffèrent d’une forme à l’autre.

L’objectif des scientifiques a donc été de trouver une signature commune à tous les cancers et distincte de celles des cellules saines. Un défi qu’ils affirment avoir surmonté.

Cette signature unique à l'échelle nanométrique est apparue dans tous les types de cancer du sein que nous avons observés, ainsi que dans d'autres formes de cancer, dont le cancer de la prostate, le cancer colorectal et le lymphome.

Dr Abu Sina

Les niveaux et la structure des nanomolécules observées sont clairement altérés par le cancer. Cette signature unique s’est avérée essentielle à l’activation ou la désactivation de certains gènes.

Un outil de dépistage

L’outil qu’ils ont créé permet donc d’examiner en quelques minutes cette nanosignature particulière dans un génome entier.

Il permet, en fait, d’observer les nanostructures tridimensionnelles cancéreuses qui se séparent facilement des autres en adhérant à des surfaces solides telles que l'or.

Nous avons conçu un test simple utilisant des nanoparticules d'or qui changent instantanément de couleur pour déterminer si les nanostructures 3D de l'ADN du cancer sont présentes.

Matt Trau, Université du Queensland

« Le fait de découvrir que les molécules d'ADN cancéreuses formaient des nanostructures 3D entièrement différentes de celles de l'ADN circulant normalement est une percée qui a permis une approche entièrement nouvelle pour détecter le cancer de façon non invasive dans tout type de tissu », explique Matt Trau.

Cette découverte a conduit à la création d'appareils de détection peu coûteux et portables qui pourraient éventuellement servir d'outil de diagnostic, éventuellement avec un téléphone mobile.

Le détail de cette percée est l’objet d’un article publié dans la revue Nature Communications (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

En mars 2017, des oncologues américains avaient annoncé avoir établi qu’un taux élevé d'une série de protéines dans le plasma sanguin indique la présence du cancer dans le corps d'une personne. Ils estimaient alors que cette découverte pourrait éventuellement permettre de détecter un cancer et d'en surveiller l'évolution à l'aide d'un simple test sanguin.

Médecine

Science