•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Banque du Canada ne bouge pas

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, et la première sous-gouverneure, Carolyn Wilkins.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

La Banque du Canada maintient son taux directeur inchangé en raison d'une croissance modérée de l'économie mondiale conforme aux prévisions. L'institution avait augmenté son taux directeur à 1,75 % en octobre dernier.

Dans un communiqué, la Banque centrale explique le maintien de son taux directeur à 1,75 % par le fait que l’économie ne montre aucun signe de surchauffe pour le moment et que « l’expansion économique mondiale se modère » comme l'avaient prévu les experts.

Bien que la performance de l'économie canadienne au troisième trimestre était conforme aux attentes, la Banque du Canada anticipe néanmoins un dynamisme moins prononcé de l'économie au début du quatrième trimestre.

Ses économistes ont en effet constaté un certain ralentissement dans les grandes économies du globe, alimenté essentiellement par la crainte d'importants conflits commerciaux, et cela, en dépit des États-Unis qui conservent une activité économique « au-dessus du potentiel ».

La baisse marquée des prix du pétrole depuis le mois d’octobre a également contribué au ralentissement de l’activité pétrolière canadienne.

Le pétrole canadien issu des sables bitumineux, qui coûte cher à produire, n'est en effet rentable que lorsque les prix du brut sont élevés. Or, ce n'est plus le cas, notamment en raison des surplus de production dans le monde et aussi de l'expansion de la production de pétrole de schiste aux États-Unis qui forcent les prix à la baisse.

Le crédit aux ménages et les marchés régionaux du logement étant relativement stables au pays, la Banque du Canada ne voyait pas la nécessité d'augmenter le coût de l'emprunt pour contenir une éventuelle hausse de l'inflation.

La banque centrale prévient cependant que le taux directeur pourrait encore augmenter au Canada afin de garantir que soient atteintes les cibles d'inflation.

Avec les informations de La Presse canadienne

Affaires

Économie