•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obsèques de George H.W. Bush : « Papa nous a appris que le service public était noble et nécessaire »

Le reportage de Raphaël Bouvier-Auclair
Radio-Canada

Les funérailles nationales de George H.W. Bush ont été célébrées mercredi dans la cathédrale de Washington, en présence du président Donald Trump, de tous les ex-présidents américains encore en vie et d'autres dignitaires étrangers. Le 41e président des États-Unis est décédé à l'âge de 94 ans.

Un texte d'Anne Marie Lecomte

Nombreux sont ceux qui saluent en George H.W. Bush une figure ayant su dépasser les lignes partisanes, dans des États-Unis en proie à de vives divisions.

De fait, c'est une rare trêve de partisanerie que les caméras de télévision ont livrée mercredi en une seule image : celle de Donald et Melania Trump, Barack et Michelle Obama, Bill et Hillary Clinton, Jimmy et Rosalynn Carter... Tous sagement alignés dans la première rangée de la cathédrale de Washington. Autre image inusitée : MM. Trump et Obama se sont serré la main.

Donald Trump et Barack Obama, assis dans la cathédrale, se serrent la main.Le président Donald Trump serre la main de l'ancien président Barack Obama tout juste avant le début de la cérémonie des funérailles de George H.W. Bush. Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Étaient également présents aux côtés de la famille Bush dans la cathédrale de Washington: le prince Charles, la chancelière allemande Angela Merkel, le roi de Jordanie AbdallahII et la reine Rania, de même que le président polonais Andrzej Duda, accompagné de Lech Walesa.

George W. Bush, 43e président des États-Unis, a rendu un hommage touchant et non dépourvu d'humour à son père. « Il est né avec deux réglages, a-t-il dit, ''à plein régime'' et ''au repos'' ».

Sur une note plus solennelle, le fils aîné de George H.W. Bush a dit avoir appris de son père « que le service public était noble et nécessaire ».

« Il a été le meilleur père que des enfants puissent avoir », a ajouté George W. Bush en réprimant un sanglot.

George W. Bush a terminé son éloge en évoquant l'idée que son père avait rejoint celle qui fut sa compagne pendant 73 ans et la mère de ses enfants, Barbara.

Après une dernière cérémonie à l'église épiscopalienne de St. Martin à Houston, George H.W. Bush sera inhumé derrière la bibliothèque présidentielle George-Bush, aux côtés de Barbara et de leur fille décédée, emportée en bas âge par une leucémie.

Un gentleman et un vrai leader, dit Brian Mulroney

Appelé à prononcer l'un des éloges, l'ex-premier ministre canadien Brian Mulroney a insisté sur le leadership dont a su faire preuve George H.W. Bush durant sa vie politique.

Je crois qu'il sera dit qu'aucun occupant du bureau ovale n'a été plus courageux, plus attaché aux principes et plus honorable que George Herbert Walker Bush.

L'ex-premier ministre du Canada, Brian Mulroney

De son ami, M. Mulroney a ajouté qu'il avait été un gentleman, un authentique chef, distingué, résolu et brave.

Un homme prononce un éloge devant une rangée de dignitaires assis dans une cathédrale.L'ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney, prononce un éloge à l'occasion des funérailles du 41e président des États-Unis, George H.W. Bush, dans la cathédrale de Washington. Photo : The Associated Press / Alex Brandon

Le code de vie de George H.W. Bush

L'ancien éditeur et auteur Jon Meacham, biographe de l'ancien président américain, a lui aussi pris la parole, le décrivant comme un homme « de six pieds deux, séduisant, imposant en personne ».

Son code de vie, comme il le disait lui même, était : ''Dites la vérité. Ne blâmez pas les gens. Soyez fort. Faites de votre mieux. Faites beaucoup d'efforts. Pardonnez. Gardez le cap.'' Et c'étaient et ce sont toujours, les plus américains des principes.

Jon Meacham

Donald Trump reste coi

Le président en exercice, Donald Trump, n'a pas pris la parole durant la cérémonie. Toutefois, dans un message qu'il avait adressé lundi au Congrès, Donald Trump avait écrit : « George H.W. Bush a mené une vie qui incarne ce que les États-Unis ont vraiment d'extraordinaire. »

« Résolu pendant la guerre, le président Bush avait été magnanime en temps de paix », a aussi écrit Donald Trump.

George H.W. Bush avait fait savoir qu'il n'avait pas voté pour Donald Trump en 2016. L'homme d'affaires avait eu des mots très durs contre George W. Bush et Jeb Bush, son autre fils éreinté par le magnat de l'immobilier lors de la primaire républicaine qui les avait opposés.

Donald Trump n'avait pas assisté aux funérailles de Barbara Bush, épouse de George H.W. décédée en avril. Mais depuis la mort du patriarche Bush, le président américain a rompu avec son style abrasif, apparemment décidé à lui rendre tous les honneurs.

Une journée de deuil national a été observée mercredi; la plupart des administrations et Wall Street étaient fermés. Les votes au Congrès ainsi que les débats à la Cour suprême ont été repoussés.

L'heure est à la conciliation, donc, depuis le décès vendredi, au Texas, de l'ancien président républicain.

Une carrière débutée en 1960

Un cortège funèbre défile dans une avenue aux trottoirs bondés de monde avec des drapeaux américains hissés.Le cortège défile à Washington sur l’avenue Pennsylvania, en route vers la cathédrale de Washington pour les funérailles de George H.W. Bush. Photo : Reuters / Joshua Roberts

Issu d'une riche famille de Nouvelle-Angleterre, M. Bush dirigea son pays de 1989 à 1993 durant la fin de la Guerre froide et pendant la première guerre du Golfe. Puis, il fut nettement battu en 1992 par Bill Clinton. Son fils, George W. Bush, a été le 43e président des États-Unis.

Cette semaine, des milliers d'anonymes ont défilé devant la dépouille du 41e président américain au Capitole. C'est là que George H.W. Bush avait commencé sa carrière politique dans les années 1960.

Fils de sénateur, il avait ensuite été diplomate en Chine, puis chef de la CIA et vice-président de Ronald Reagan. Après son départ de la Maison-Blanche, il avait tissé de bonnes relations avec ses successeurs démocrates.

« Le fait qu'il ait pu traverser les lignes partisanes et l'avoir fait avec tant de grâce, surtout après sa présidence, m'inspire vraiment. C'est une leçon que le gouvernement » de Donald Trump « pourrait certainement tirer », a confié à l'AFP l'une des visiteuses, Kim Frinzell.

Avec des informations de CBC et de l'Agence France Presse

Amériques

International