•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rare homard bicolore fascine ses admirateurs

Une dame tient le homard dans ses mains. Il est orange d'un côté, noir de l'autre.
Jethro, un rare homard bicolore, est la nouvelle attraction du Centre des sciences de la mer Huntsman, à St. Andrews, au Nouveau-Brunswick. Photo: CBC/Graham Thompson
Radio-Canada

Un rare homard orange et noir pique la curiosité des visiteurs du Centre des sciences de la mer Huntsman, à St. Andrews, au Nouveau-Brunswick.

Surnommé Jethro, l’animal est orange d’un côté et noir de l’autre. Les couleurs sont parfaitement divisées le long de son corps, de la tête jusqu’au bout de la queue.

Il n’y qu’une chance sur quelques millions de tomber sur un tel homard, estime Cynthia Callahan, directrice de l’aquarium. Nous en voyons quelques fois par année dans la région, dit-elle.

Il s’agit d’une anomalie génétique, explique Mme Callahan. Le mécanisme qui cause l’anomalie n’est pas connu sans équivoque, dit-elle, mais le fait que les couleurs ne changent pas lors de la mue prouve que la cause est génétique et non liée à l’environnement ou à l’alimentation.

Le pêcheur Blaine Stewart a capturé le rare crustacé la semaine dernière près de Beaver Harbour, une collectivité située à environ 70 km à l’ouest de Saint-Jean. Il l'a remis au Centre des sciences de la mer Huntsman, un organisme sans but lucratif voué à la recherche scientifique et à l’éducation.

Le homard bicolore se déplace au fond de l'aquariumJethro vit désormais dans l'aquarium du Centre des sciences de la mer Huntsman. Photo : CBC/Graham Thompson

Le personnel du centre a adopté Jethro. Le crustacé bicolore va passer le reste de ses jours, peut-être quelques décennies, dans l’aquarium en compagnie d’autres homards et de raies.

Jethro se révèle fascinant pour le public, souligne Mme Callahan. Les enfants ne savent pas quoi en penser, dit-elle, et il arrive que des adultes se demandent si c’est une supercherie.

L’animal soulève les questions du public et suscite des conversations au sujet de la vie marine, ajoute-t-elle.

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Animaux