•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

50/50 : le documentaire, des solutions pour atteindre la parité

Les trois femmes discutent ensemble.
Laurence Trépanier, Tanya Lapointe et Françoise David lors du tournage du documentaire 50/50 Photo: Les Productions sur le Toit inc.
Radio-Canada

Comment les femmes et les hommes peuvent-ils atteindre la parité? La question, ainsi que les solutions, sont omniprésentes dans 50/50 : le documentaire, qui se décline aussi en livre et en site web.

Car 50/50 : le documentaire vient du désir des deux réalisatrices, Tanya Lapointe et Laurence Trépanier, d’explorer la question de la concrétisation de la parité. Le long métrage, réalisé par les deux femmes, sera présenté sur ICI RDI le 5 décembre. Le livre vient d’atterrir sur les tablettes des librairies.

Celle qui a été journaliste culturelle à Radio-Canada pendant 15 ans et qui a quitté la société d’État pour travailler avec son conjoint, le cinéaste Denis Villeneuve, voulait plonger dans un sujet plus social.

La soeur et son frère sont assis et regarde une personne hors caméra.Les jumeaux Gabrielle et Émile Roy Photo : Les Productions sur le Toit inc.

« À la base de tous les sujets qu’on voulait aborder, il y avait le fait qu’on était des femmes. On se demandait à quel point le fait d’être des femmes a eu un impact sur nos parcours. On a donc décidé de creuser et de s’intéresser à la réalité des femmes au Québec, des mères, mais aussi dans le milieu des affaires », explique Tanya Lapointe.

Ce documentaire regroupe donc les points de vue de 20 personnes, dont ceux de Pauline Marois, de Noémi Mercier, de Matthieu Dugal, d'Alexandre Taillefer et de Françoise David. À l’exception d’Élisabeth Plank, une Canadienne qui habite New York, et de Nina Shaw, qui vit à Los Angeles, tous les témoignages viennent du Québec. Les jumeaux Gabrielle et Émile Roy racontent aussi comment ils sont perçus différemment.

Orienté vers les solutions

L’objectif principal du documentaire, mais aussi du livre, est de présenter des actions à prendre pour tendre vers une société plus paritaire et égalitaire. Matthieu Dugal, l’animateur de l’émission Moteur de recherche, diffusée sur les ondes d’ICI Première, raconte comment son équipe s'y prend pour atteindre la parité au sein des personnes invitées à l’émission. Quant à lui, l'homme d'affaires Alexandre Taillefer explique qu’il embauche désormais davantage de femmes. Pour sa part, Françoise David s'est mise à refuser d’animer des conférences où les panélistes ne sont que des hommes.

« Ce qui a guidé nos choix, et qui a été le moteur de notre démarche, c’était de trouver des solutions pour atteindre l’égalité. On cherchait des gens qui proposent des pistes de solution », précise Tanya Lapointe.

Cette dernière ajoute que les gens qui ont déjà lu le livre ont décidé de poser des gestes. « Déjà à petite échelle, je sens qu’il y a des changements et je me dis que de petits changements amèneront à de grands changements. »

Le documentaire n'excédant pas 52 minutes, les deux femmes ont décidé de publier un livre et de lancer un site web pour utiliser les 22 heures d'entrevue qu'elles avaient enregistrées. « Ça aurait été du gaspillage de ne pas avoir pu faire découvrir ces témoignages. Le livre est donc une extension du documentaire, mais est indépendant. »

Le site web vient également en complément. Les personnalités qui ont participé au documentaire y donnent chacune un conseil pour atteindre la parité. « Les conseils 50/50, c’est pour créer un effet d’entraînement », souligne Tanya Lapointe.

Une multitude d’opinions

Les participants au documentaire sont loin d’avoir la même opinion, et chacun apporte un point de vue qui montre que la question ne peut pas être tranchée au couteau.

« Tout n’est pas tout blanc ou tout noir. Pour ce qui est du symbole de 50/50, on a demandé à tout le monde ce que représentait cette notion pour eux. On a eu une multitude de réponses, et c’est la même chose pour les quotas. »

D’ailleurs, même si le documentaire et le livre s’intitulent 50/50, on y parle aussi de la zone paritaire, qui est plus large et qui navigue dans des proportions de 40 et 60 % d’hommes et de femmes, d’un côté comme de l’autre. « Les gens ne saisissent pas toujours la liberté que nous permet le 40/60, c’est-à-dire de diversifier et d’amener plus de femmes à la table, à porter leur voix, à être entendues, mais aussi de ne pas être dans quelque chose de mathématique et de cette fameuse crainte de devoir cocher des cases », explique Tanya Lapointe.

Tanya Lapointe et Laurence Trépanier ont commencé le documentaire en juillet 2015. « On parlait du cabinet paritaire de Justin Trudeau, on pensait encore qu’Hillary Clinton allait être élue la première femme présidente des États-Unis. Puis, tout a déboulé. La recherche se faisait d’elle-même, il y avait une abondance d’articles et d’événements qui portaient sur notre sujet. Tout ceci a culminé au moment de notre tournage, avec l’affaire Weinstein et le mouvement #MoiAussi. Sans être un documentaire qui témoigne de tout ça, notre parcours et tous les éléments de 50/50 ont été teintés par l’actualité. »

Par ailleurs, Tanya Lapointe admet dans le livre que ce projet lui a ouvert les yeux. « C’est comme découvrir une myopie qu’on ignorait avoir. Tout à coup, on met des lunettes et on voit tout très clairement, lucidement. »

Séries télé

Arts