•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Hurons-Wendats convoitent les terrains de la Défense nationale à Sainte-Foy

Terrains convoités par les Hurons-Wendats dans le secteur de Sainte-Foy
Terrains convoités par les Hurons-Wendats dans le secteur de Sainte-Foy Photo: Radio-Canada / Carl Boivin
Radio-Canada

À l'étroit sur la réserve de Wendake, les Hurons-Wendats veulent faire l'acquisition des terrains récemment libérés par la Défense nationale à Sainte-Foy. Le grand chef Konrad Sioui souhaite doubler les espaces résidentiels de la réserve en développant cette parcelle de terrains évaluée à un peu plus de 35 millions de dollars.

Un texte de Guylaine Bussière

L’actuel territoire de Wendake, enclavé au coeur de Québec dans le secteur de Loretteville, fait à peine quelques kilomètres carrés et la nation huronne-wendate y manque d'espace, affirme Konrad Sioui.

« On n’a plus de place, tout le monde l'a reconnu, c'est l'une des plus petites réserves indiennes au Canada, Wendake, ça fait longtemps », dit-il.

Cette situation oblige plusieurs membres de la communauté à vivre hors réserve.

Selon le conseil de la nation, 851 Hurons-Wendats sont inscrits sur une liste d'attente en vue de s'installer sur le territoire huron.

En acquérant les 123 000 mètres carrés dont la Défense nationale veut se départir à Sainte-Foy, le conseil de la nation pourrait être en mesure de répondre à la demande, fait valoir Konrad Sioui.

À ceux qui pourraient soulever que les Hurons seront loin de leur réserve actuelle, le grand chef rappelle que ces terres leur appartenaient à l'origine.

« On est en plein corridor de la seigneurie de Sillery ici, c'est notre seigneurie, alors on est toujours dans l'optique d'agrandir Wendake à l'intérieur de nos terres ancestrales. »

Carte représentant les terrains de la Défense nationale dans le secteur de Sainte-FoyCarte représentant les terrains de la Défense nationale dans le secteur de Sainte-Foy Photo : Radio-Canada

Projet « à échelle humaine »

Pour convaincre le gouvernement fédéral du bien-fondé de son projet, le grand chef a multiplié les rencontres avec des ministres et des députés fédéraux depuis 18 mois.

Il compte amener le gouvernement fédéral à donner préséance à la nation huronne-wendate dans le transfert et l'acquisition de ce terrain fort convoité.

La nation a d'ailleurs déjà proposé au fédéral un projet résidentiel comportant des unités de logement pour les Hurons-Wendats, mais aussi des logements sociaux et des commerces.

Un développement « à échelle humaine » et intégré dans le quartier, promet Konrad Sioui.

Terrains dans le secteur de Sainte-FoyLe projet de la nation huronne-wendate viserait des aménagements résidentiels et commerciaux « à échelle humaine » Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

« Pas de tours de 60 étages. On ne veut pas faire un Place Laurier deux ni rien. On veut que ce soit des terres qui servent à un développement qui est confortable, puis qui va bien dans le décor aussi. »

Joël Lightbound favorable

Les revendications huronnes-wendates trouvent écho à Ottawa. Le député libéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound, est sensible au projet de la nation.

À son avis, le climat de réconciliation qui prévaut entre le gouvernement fédéral et les Premières Nations est propice à une telle entente.

« Ce que je souhaiterais, c'est de voir ces terrains-là aboutir entre les mains de la nation huronne-wendate qui a des revendications historiques, les terrains se trouvant sur l'ancienne seigneurie de Sillery », commente M. Lightbound.

Le député Joël LightboundLe député Joël Lightbound Photo : Radio-Canada

Selon le député, le projet serait un atout pour la région et la ville de Québec.

« Ça serait très positif pour Québec que ces terrains-là soient rachetés par la nation huronne-wendate, puis qu'on les développe d'une manière qui soit complémentaire à ce qu'il y a déjà dans le quartier. »

Dans son plan particulier d'urbanisme (PPU), la Ville de Québec dit vouloir préserver le caractère résidentiel du secteur, tout en favorisant la densification. Des constructions de trois à six étages y seront permises. Des commerces et services pourront aussi être aménagés au rez-de-chaussée d'éventuelles nouvelles constructions.

La nation huronne-wendate prépare son projet avec l'aide d'un comité technique. Le grand chef souhaiterait voir le dossier réglé d'ici le printemps.

Toutefois selon le député Joël Lightbound, il reste encore plusieurs étapes à franchir avec la Défense nationale et Travaux publics et services gouvernementaux Canada avant que les terrains se retrouvent entre les mains des Hurons-Wendats.

Selon les données du conseil de la nation en 2014, 1499 Hurons-Wendats vivaient sur la réserve indienne de Wendake et 2552 résidaient à l’extérieur de la réserve.

Québec

Société