•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caroline Mulroney ne démissionnera pas

Caroline Mulroney lors du débat des candidats à la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario en février 2018

Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones de l'Ontario

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Lundi à Queen's Park, la députée libérale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, a laissé entendre que « si elle était dans la position » de Caroline Mulroney, elle songerait à démissionner. Or, la principale intéressée a déclaré mardi qu'elle n'en avait pas l'intention.

Un texte de Jean-François Morissette

Mme Mulroney est la cible de critiques de plusieurs Franco-Ontariens sur les réseaux sociaux, en plus des membres de l'opposition, en raison des compressions dans les services en français annoncés par son gouvernement.

Non, je ne pense pas démissionner, je vais continuer à faire mon travail.

Caroline Mulroney, ministre des Affaires francophones

Depuis le départ fracassant de la députée de Glengarry—Prescott—Russell, Amanda Simard, du caucus progressiste-conservateur à Queen’s Park, la pression s’est accentuée sur la ministre Mulroney pour que le gouvernement Ford fasse machine arrière. Sa décision d’inclure le Commissariat aux services en français à l’intérieur du bureau de l’ombudsman et d’annuler le financement de l’Université de l’Ontario français continue de susciter la grogne.

Mme Mulroney a également rappelé qu'elle voulait continuer de travailler à faire évoluer les dossiers franco-ontariens.

Politique provinciale

Politique