•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une municipalité albertaine se soulève pour l’industrie pétrolière

Un chevalet de pompage au coucher du soleil dans un champ.

Le bas prix du pétrole canadien provoque des inquiétudes dans les villages albertains.

Photo : Reuters / Todd Korol

Radio-Canada

Les résidents de Drayton Valley, une municipalité de 7000 habitants à l'ouest d'Edmonton, espèrent que le nom de leur village arrivera jusqu'aux oreilles d'Ottawa.

Ils manifestent mardi pour demander des solutions au différentiel de prix entre le pétrole canadien et le pétrole américain.

Selon l’organisateur de la manifestation et habitant du village, Tim Cameron, Drayton Valley est un baromètre de la situation économique de la province. Il avance que toute vague de licenciements commence dans cette région, où se situent de nombreux champs pétrolifères.

L’impact de la baisse du prix du pétrole canadien s’est cependant manifesté à l’extérieur du secteur énergétique, indique-t-il.

« Les services de police le ressentent parce qu’ils doivent répondre à un plus grand nombre d’appels pour vols. Les enseignants le constatent parce que les enfants leur disent qu’ils ne seront pas de retour à l’école après les congés des Fêtes », observe M. Cameron.

Un homme chauve et barbu sourit à la caméra.

Tim Cameron a lui-même de la difficulté à trouver du travail dans le secteur pétrolier.

Photo : Radio-Canada

Une cinquantaine d’entrepreneurs de la municipalité avaient déjà écrit une lettre au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, pour lui demander une rencontre informelle.

L'invitation étant restée lettre morte, un groupe de travailleurs a décidé d’organiser le rassemblement à l’occasion d’une présentation de la journaliste et blogueuse Vivian Krause qui a écrit sur le financement étranger des organismes environnementaux. Même si ses écrits sont controversés, Tim Cameron assure que la manifestation organisée mardi n’est pas politisée.

« Les gouvernements peuvent trouver les solutions où ils veulent. Une solution dans six mois ou un an arrivera cependant trop tard, et l’impact sera la destruction de petites communautés. J’espère de tout coeur que j’ai tort », dit Tim Cameron.

Pour l’instant, il ne voit pas de différence en matière d’emplois depuis l’annonce de réduction de production de pétrole ordonnée par la première ministre de l’Alberta, Rachel Notley.

Tim Cameron espère une forte participation pour rivaliser avec les manifestations qui ont déjà eu lieu à Calgary et à Edmonton.

Alberta

Industrie pétrolière