•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Comment désinformer le lecteur avec un titre incendiaire (et rien d'autre)

Une main tient une allumette, qui s'apprête à mettre le feu à d'autres allumettes.

Un titre incendiaire se prête souvent bien aux partages sur les réseaux sociaux.

Photo : Getty Images

Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

CHRONIQUE – Pourquoi prendre le temps d'écrire un article polémique quand on peut simplement voler le travail d'un journaliste et changer l'histoire en y apposant un titre incendiaire? Un blogue québécois a démontré pourquoi il ne vaut pas la peine de se donner du mal. Sur les réseaux sociaux, c'est le titre qui importe!

J'ai un exercice rapide pour vous.

Je vous montre deux titres. En les lisant, pensez à l'impression qu'ils vous donnent, aux émotions qu'ils suscitent.

« Signes religieux : des musulmans s'inquiètent du programme de la CAQ »

« Islamisation du Québec : 2000 islamistes se réunissent à Laval et clament leur refus des lois québécoises ».

Ils sont très différents, n'est-ce pas? Dans un, on parle « d'islamistes » qui refusent les lois québécoises. On mise aussi sur leur nombre. Dans le deuxième cas, on parle simplement de musulmans et de leurs inquiétudes.

L'un invite le lecteur à s'informer sur un sujet de société, l'autre suscite la colère. Les deux titres ne pourraient pas être plus différents l'un de l'autre.

Pourtant, les deux titres accompagnent deux articles qui sont identiques, mot pour mot (à une exception près; nous y reviendrons).

Le premier titre se rattache à un reportage du journaliste Michel Marsolais de Radio-Canada. Le site Horizon Québec Actuel a simplement recopié le texte (Nouvelle fenêtre) et y a apposé le deuxième titre.

Les deux articles sont identiques, hormis le titre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À gauche, l'article d'Horizon Québec actuel. À droite, l'article de Radio-Canada.

Photo : Capture d'écran

Oui, oui, simplement en y donnant un nouveau titre, Horizon Québec Actuel a publié un article de Radio-Canada, changeant totalement la teneur de l'histoire. À l'heure où bien des gens ne lisent que le titre d'un article avant de le partager (nous en avons eu la preuve récemment), agir de la sorte en revient à faire de la désinformation. C'est sans mentionner le plagiat éhonté du travail d'un collègue journaliste, M. Marsolais.

Oh, quand j'ai dit que Horizon Québec Actuel avait recopié mot pour mot l'article de Radio-Canada, j'ai dit qu'il y avait une exception. Le site a omis de recopier le sixième paragraphe de l'article original. L'omission est volontaire, puisqu'on a inséré un « [...] » à sa place. Voici le paragraphe coupé au montage :

« Le débat ne devrait pas être sur la place de la femme voilée dans le milieu de l’éducation, il devrait être sur comment faire pour éduquer les jeunes d’aujourd’hui pour qu’ils ne tombent pas entre les mains de ces groupes d’égarés extrémistes », estime-t-elle. « C’est notre défi et notre danger à tous, pas qu’aux Québécois non-musulmans. »

Pourquoi a-t-on omis ce paragraphe en particulier?

Je ne dis rien, je dis tout.

Vous avez vu circuler une info douteuse, une photo louche ou une citation peu crédible? Envoyez-la-moi! Vous pouvez m'écrire un courriel ou me joindre sur Facebook ou Twitter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !