•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilan mitigé trois ans après le dépôt du rapport de la commission Charbonneau

La juge France Charbonneau, présidente de la commission qui porte son nom, lors du dépôt de son rapport, le 24 novembre 2015.
La juge France Charbonneau, présidente de la commission qui porte son nom, lors du dépôt de son rapport, le 24 novembre 2015. Photo: La Presse canadienne / Presse canadienne/Paul Chiasson
La Presse canadienne

Le comité public de suivi des recommandations de la commission Charbonneau conclut que trois ans après le dépôt du rapport d'enquête, 29 de ses recommandations ont été appliquées de manière satisfaisante, 12 l'ont été partiellement et 19 n'ont pas fait l'objet d'une mise en œuvre.

L'an dernier à pareille date, le comité constatait des progrès significatifs, avec 60 % de recommandations appliquées partiellement ou complètement.

Trois ans après le dépôt du rapport de la Commission d'enquête sur l'industrie de la construction, ce sont près de 70 % des recommandations qui sont appliquées partiellement ou complètement.

Dans son rapport publié mardi, le comité de suivi appelle le nouveau gouvernement du Québec à porter une attention particulière aux recommandations visant à restaurer la confiance des citoyens envers leurs élus.

Il l'appelle aussi à revoir la vérification municipale, qui n'a pas été mise en place selon les demandes de la commission, et la protection des lanceurs d'alerte, qui souffre de lacunes majeures, à son avis.

Le comité insiste aussi sur la mise en place d'un encadrement des firmes professionnelles par les ordres professionnels, car au Québec, ces firmes ne sont pas assujetties au pouvoir d'encadrement des ordres, ce qui limite la capacité d'intervention de ces derniers.

Le rapport du comité public, présenté comme étant la seule évaluation indépendante de l'avancée de l'action gouvernementale sur les recommandations de la commission Charbonneau, a été rendu public par la Ligue d'action civique, dont un représentant est l'un des six membres du comité.

Politique provinciale

Politique