•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Pas sûr que c’est le meilleur moment » d'accueillir moins d'immigrants au Québec, dit Trudeau

Un soudeur travaille sur une poutre d'acier.
Le premier ministre Trudeau affirme qu'il entend surtout, au Québec, des entrepreneurs inquiets de la pénurie de main-d'oeuvre. Photo: Radio-Canada / Frank Desoer
Radio-Canada

Justin Trudeau estime que le gouvernement Legault est malavisé de vouloir réduire le seuil d'immigration du Québec, en raison de la pénurie de main-d'œuvre dont se plaignent les entrepreneurs de la province.

Un texte de François Messier

Le premier ministre canadien a fait ces commentaires quelques heures à peine avant que le ministre québécois de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, ne dépose le plan annuel d’immigration de son gouvernement à l’Assemblée nationale.

Après avoir affirmé que son gouvernement est « en discussion » avec Québec à ce sujet, M. Trudeau a repris à son compte la thèse défendue lors de la campagne électorale par le Parti libéral du Québec.

Moi, ce que j’entends à travers le Québec, c’est les entrepreneurs […] préoccupés par la pénurie de main-d’œuvre. Je ne suis pas sûr que c’est le meilleur moment pour réduire le nombre de gens qui viennent.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le ministre fédéral de l'Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, a martelé le même message quelques minutes plus tard.

« J’étais justement avec une entreprise hier dans le coin de la Mauricie qui nous disait qu’un des freins à la croissance, c’est la main-d’œuvre. Alors on a tous une réflexion à faire si on veut aider nos petites et nos moyennes entreprises à prospérer », a-t-il déclaré.

Si les entreprises nous disent qu’un des freins à la croissance, c’est la main-d’œuvre, je pense qu’il faut s’y attarder, autant à Québec qu’à Ottawa.

François-Philippe Champagne, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités

Lors de son discours d'ouverture la semaine dernière, le premier ministre du Québec, François Legault, a clairement rejeté l'argument selon lequel l'immigration est la seule solution à la pénurie de main-d'oeuvre.

« Si la politique [d'immigration] actuelle était viable, on le saurait! Mais cette politique n'a pas empêché la pénurie de main-d'œuvre, en particulier dans nos régions. L'immigration fait certainement partie de la solution, mais il va falloir changer de cap », a-t-il dit.

Ottawa exprime d'autres préoccupations

S'il a lui aussi soulevé l'enjeu de la main-d’œuvre, le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, a expliqué que le nouveau plan d'immigration du Québec préoccupait le gouvernement Trudeau à d'autres titres.

En entrevue à l'émission 24/60, il a indiqué qu'Ottawa avait incité le gouvernement Legault à la prudence en ce qui concerne les immigrants admis en vertu du programme de réunification familiale. « On ne veut pas créer un système à deux vitesses, où des membres de la famille de quelqu’un en Ontario arrivent plus vite qu’au Québec », a-t-il dit.

Il a aussi invoqué les obligations internationales du Canada à l'endroit des réfugiés.

Ses propos font écho aux inquiétudes exprimées par le gouvernement Trudeau dans une lettre envoyée au gouvernement du Québec et dont certains détails ont été obtenus par Radio-Canada.

Même s'il abaisse les seuils annuels d'immigration, le gouvernement Legault recevra la même enveloppe budgétaire d'Ottawa, en vertu de l'entente Québec–Canada.

« L’entente ne prévoit pas une diminution en termes de transferts d'année en année. Nous allons respecter l’entente, nous allons faire les transferts qui s’imposent », a assuré le ministre LeBlanc.

C'est d'ailleurs ce qu'avait affirmé le ministre Jolin-Barrette il y a deux semaines. Québec recevra 490 millions en 2018 et au moins autant l'an prochain, avait-il précisé.

Dépôt du plan d'immigration

Le premier ministre Legault affirme depuis longtemps déjà qu’il veut réduire de façon temporaire le seuil d’immigration du Québec à 40 000, dès 2019.

Il s'agirait d'une baisse d’un peu plus de 20 % par rapport au nombre d’immigrants et de réfugiés accueillis au Québec l’an dernier.

Le plan déposé par le ministre Jolin-Barrette à l’Assemblée nationale a confirmé le maintien de cet objectif.

En campagne électorale, M. Legault a dit vouloir « idéalement » réduire le seuil d’immigration dans les trois catégories de nouveaux arrivants, soit l'immigration économique, la réunification familiale et l'accueil de réfugiés.

Le Québec n'a toutefois compétence que pour l'immigration économique. La sélection des réfugiés est de compétence partagée – Québec pouvant sélectionner des réfugiés à l'étranger, mais Ottawa ayant la compétence exclusive pour gérer les demandes d'asile faites en sol canadien – tandis que le programme de réunification familiale est géré par le gouvernement fédéral.

M. Legault a dit en campagne être convaincu que M. Trudeau accepterait les demandes du Québec, en soulignant que des élections fédérales auront lieu en 2019 et que la baisse du seuil d'immigration est appuyée par une majorité de Québécois.

Un récent sondage CROP réalisé pour Radio-Canada lui a donné raison à ce sujet.

Dans le cas contraire, avait-il admis, la baisse de 20 % du seuil d’immigration « pourrait » s'appliquer à la seule catégorie des immigrants économiques.

Anticipant le plan d'immigration qui sera déposé par M. Jolin-Barrette, la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a rappelé mardi matin que son parti s'oppose à l'approche du gouvernement Legault. « Nous, on a été très clairs que ce n’était pas une bonne idée », a-t-elle dit.

« D’ailleurs, il y a une forme d’illogisme dans la prise de position de M. Legault. D’un côté, lui-même a reconnu que le fait d’avoir un manque de main-d’œuvre aurait un impact sur l’économie, donc un certain ralentissement économique, et de l’autre côté, il nous dit qu’il est prêt à activer ce ralentissement en diminuant l’entrée des nouveaux arrivants au Québec », a poursuivi Mme Massé.

La porte-parole du Parti québécois en matière d'immigration, Catherine Fournier, maintient pour sa part qu'il devrait revenir au vérificateur général du Québec de statuer sur le nombre d'immigrants que le Québec est en mesure d'accueillir. Le gouvernement devrait plutôt se contenter de s'interroger sur les façons de mieux intégrer les immigrants.

Politique provinciale

Politique