•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente pour le développement de terrains au terminal de Grande-Anse

Des citoyens assistent à la séance du conseil municipal.

Plusieurs citoyens assistaient à la séance du conseil municipal de Saguenay lundi soir.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Radio-Canada

La Ville de Saguenay s'est entendue avec Développement Port Saguenay pour la réalisation de travaux de 30 millions de dollars dans le secteur de Grande-Anse afin d'acheminer l'eau nécessaire à l'implantation de grands joueurs industriels.

Un texte de Claude Bouchard

La Municipalité souhaite développer des terrains pour inciter des entreprises à s’implanter dans le secteur.

Le port de Grande-Anse à Saguenay

Le port de Grande-Anse à Saguenay

Photo : Radio-Canada

La Ville affirme qu'elle doit fournir un raccordement en eau potable de procédé pour que le site soit attrayant pour des entreprises d'envergure. Sous l’ancien conseil, Saguenay avait déjà pris l’engagement de fournir cette infrastructure.

Deux résolutions ont été adoptées au conseil de ville afin de confier à Développement Port Saguenay le mandat de construire cette conduite. La Ville aura ensuite 25 ans pour rembourser ce montant à l’organisation, a expliqué la mairesse Josée Néron.

La Ville de Saguenay va mandater Développement Port Saguenay pour qu'il réalise la mise en place des infrastructures. Lorsque tout ça va être fait, ils vont nous les léguer. Comme c'est le cas dans tous les parcs industriels, nous sommes propriétaires des rues, des aqueducs, etc.

Josée Néron, mairesse de Saguenay

Josée Néron précise que si les projets industriels ne se concrétisent pas, c'est Investissement Québec qui devra assumer les risques financiers liés au projet.

Qui va payer? Une chose qui était pour nous indiscutable, c'est qu'on ne voulait pas que ce soit la population qui porte le risque de l'investissement. Ça a été négocié avec Investissement Québec et c'est Investissement Québec qui fait l'emprunt de 30 millions de dollars, a expliqué la mairesse.

Le remboursement se ferait avec les nouveaux revenus générés par le développement de cette zone. Josée Néron a mentionné que les sommes pourraient provenir de la tarification de l’eau par exemple.

La Coalition Fjord augmente la pression

Par ailleurs, des membres de la Coalition Fjord étaient présents au conseil pour faire part de leurs inquiétudes quant au développement de la zone industrialo-portuaire.

La porte-parole Anne Gilbert-Thévard a lancé un message aux élus de Saguenay pour augmenter la pression. L’organisme s’inquiète de la multiplication des projets industriels le long du fjord et de leurs répercussions sur l’environnement et l’augmentation des gaz à effet de serre. C’est urgent d’agir, a-t-elle déclaré.

Les pêcheurs satisfaits

Une quinzaine d’amateurs de pêche blanche étaient également présents lundi soir au conseil municipal. Ils ont applaudi la résolution adoptée par les conseillers sur une demande à Pêche et Océans Canada afin de réduire la zone de responsabilité de la Ville sur la baie des Ha! Ha! Actuellement, la Municipalité est responsable de l'ensemble de la baie jusqu'à l'estuaire du fjord.

Ce que je demande à Pêches et Océans Canada, c’est que le bail qu'on a avec eux soit un peu plus restreint, c'est-à-dire pour le secteur du territoire de Grande-Baie et le territoire du secteur de Bagotville. Ces deux zones de pêche seraient les seules places où est-ce que la Ville mettrait le mot sécurité, annonce le conseiller responsable du dossier de la pêche blanche, Martin Harvey.

Rémi Aubin debout au micro

Rémi Aubin, de l'organisme Promotion Pêche, a pris la parole lors de la séance du conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Rémi Aubin de l’organisme Promotion Pêche était satisfait de l’ouverture de la Municipalité.

Ce qu'on vient d'annoncer aux pêcheurs, c'est qu'ils ont dorénavant un choix, un choix intelligent. D'être dans des villages de pêche comme auparavant avec le contexte de sécurité, ou de donner aux gens l'opportunité librement de dire, bien moi, j'adore pêcher avec une motoneige, avec une cabane portative par exemple et de me sortir de la zone, si on veut, sécurisée, soutient Rémi Aubin de l'organisme Promotion pêche.

Martin Harvey ne croit toutefois pas que le changement pourra être fait pour la saison qui va débuter en janvier.

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique municipale