•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le K.-O. Stevenson fait jaser au Club de boxe de Chicoutimi

Oleksandr Gvosdyk (à gauche) frappe Adonis Stevenson au cours de leur combat de championnat du monde des mi-lourds du WBC.
Oleksandr Gvozdyk (à gauche) est demeuré invaincu avec ce K.-O. contre Adonis Stevenson. Photo: Getty Images / Mathieu Belanger
Radio-Canada

Alors que le boxeur québécois Adonis Stevenson a été plongé dans un coma artificiel à la suite de son combat de samedi, certains se questionnent sur la pertinence de ce sport. Au Club de boxe de Chicoutimi, on défend sa pratique.

L’entraîneur Michel Desgagné est attristé par la situation et s’inquiète de l’état de santé de Stevenson dont il connaît l’entourage. Il baigne dans l’univers de la boxe depuis une quarantaine d’années.

Chaque fois qu’un athlète est blessé grièvement dans le ring, la société fait le procès de son sport. Pourtant, contrairement à ce que prétendent certains, Michel Desgagné assure que la boxe, c’est beaucoup plus que de mettre son adversaire hors de combat.

La boxe, c’est un sport de combat contrôlé normalement, qui est beaucoup plus intelligent que ça laisse croire parce que, dans le fond, c’est un jeu d’échecs. C’est toucher, pas se faire toucher puis la finesse, mais avec les poings.

Michel Desgagné, entraîneur, Club de boxe de Chicoutimi
Michel Gagné devant un ringMichel Gagné est entraîneur au Club de boxe de Chicoutimi Photo : Radio-Canada

Pour améliorer la sécurité des athlètes, il propose d’appliquer certaines règles de la boxe amateur à la boxe professionnelle, dont le compte de huit.

Au niveau professionnel, moi j’irais comme l’amateur, le compte de huit. Autrement dit, un compte de huit debout. Tu viens de recevoir une shot qui est vraiment dure, bien l’arbitre juge qu’il y a danger que d’autres coups solides suivent, il donne un break, explique-t-il.

Les jeunes boxeurs du Club de Chicoutimi sont dans le même état d’esprit que leur entraîneur. Le K.-O. d’Adonis Stevenson les interpelle, mais ne les empêchera pas de continuer de pratiquer leur sport.

Avec les informations de Frédéric Tremblay

Saguenay–Lac-St-Jean

Boxe