•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de mollusques s’échouent sur une plage après une tempête

Des dizaines de palourdes sont échouées au travers des algues.

Des milliers de mollusques se sont échoués sur la plage.

Photo : Brittany Spencer / CBC

Radio-Canada

Des milliers de palourdes, homards et crabes se sont échoués sur une plage du nord de l'Île-du-Prince-Édouard après la tempête de la semaine dernière.

Cette scène bien particulière a été découverte lundi sur l'île Robinsons, dans le Parc national de l'Île-du-Prince-Édouard.

Alex Clerk et sa femme, qui marchaient sur la plage, n'avaient jamais rien vu de tel.

Je suppose que c'est la nature : cette tempête était dévastatrice.

Alex Clerk, résident de l'Île-du-Prince-Édouard

Nous avons entendu dire que la plage avait perdu beaucoup de sable, mais nous ne nous attendions pas à voir un carnage. Ils sont tellement nombreux! C'est triste.

Sur la plage, une centaine de palourdes sont échouées sur le sable.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La tempête n'aura laissé aucune chance à ces mollusques.

Photo : Brittany Spencer / CBC

Un phénomène naturel

Il s’agit toutefois d’un événement naturel, indique Robert Macmillan, un biologiste au ministère de l’Agriculture et des Pêches de l’Île-du-Prince-Édouard.

Cela se produit parfois en automne et en hiver, lorsque nous n'avons pas de couverture de glace et que nous avons de grands vents qui produisent de fortes vagues.

Ces vagues peuvent alors propulser des mollusques sur la plage où ils s'échouent ou se blessent et meurent, explique-t-il.

Une dizaine de homards sont morts sur le sable de la plage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des centaines de homards et de crabes ont péri à la suite de la tempête.

Photo : Brittany Spencer / CBC

Il n'est pas rare qu’un tel événement survienne au moins une fois par an, selon lui.

Parmi les carcasses, on note qu’il y a plusieurs petits individus : ils ont tendance à vivre un peu plus près du rivage, explique le biologiste. Ils sont plus sensibles à l'action des grosses vagues.

La population de homards dans les eaux de l'Î.-P.-É. est en très bonne santé, ajoute Robert MacMillan, de sorte que l'événement ne constitue pas une grande préoccupation pour les stocks de homard.

Avec les informations de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Faune marine