•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération Oxyder : trois accusés remis en liberté sous caution

Un accusé est escorté par un policier au palais de justice de Val-d'Or.
Guillaume Fillion-Beaumont, arrêté dans le cadre de l'opération Oxyder, pourra retrouver sa liberté. Photo: Radio-Canada / Thomas Deshaies

Trois personnes arrêtées dans le cadre de l'opération Oxyder, qui visait à démanteler une organisation criminelle, seront remises en liberté provisoirement, alors que trois autres accusés demeureront incarcérés, au moins jusqu'au 7 janvier. Deux autres accusés sont quant à eux toujours recherchés par la Sûreté du Québec.

Avec les informations de Thomas Deshaies

Guillaume Fillion-Beaumont pourra retrouver sa liberté pour la suite des procédures judiciaires, dès qu'une somme de 25 000 $ aura été déposée au greffe, en guise de cautionnement.

M. Fillion-Beaumont doit également respecter une série de conditions, dont celle de ne pas posséder de logiciel d'encryption des données. Il devra aussi remettre son passeport au greffe avant sa libération et ne pourra pas communiquer avec les coaccusés.

Miguel Laliberté sera aussi remis en liberté lorsque la caution de 15 000 $ aura été déposée au greffe.

La Couronne accepte également de remettre en liberté un autre coaccusé, Martin Boucher. Ses conditions n'avaient toutefois pas été déterminées lors de sa comparution au palais de justice de Val-d'Or, lundi après-midi. Il demeurera donc détenu pour l'instant.

Les enquêtes sur le cautionnement pour Gyslain Guay, Yannick Simard et Naiia Brière Gauthier ont quant à elles été remises au 7 janvier, 14 h 30. La transmission de la divulgation de la preuve n'a eu lieu que lundi, et la défense souhaitait donc prendre le temps de l'analyser.

Deux des neuf coaccusés qui devraient être jugés dans le district d'Abitibi n'ont toujours pas été arrêtés.

Rappelons que l'acte de dénonciation relié à l'opération Oxyder dans le district d'Abitibi cible neuf personnes. Elles sont toutes accusées d'avoir commis un acte criminel au profit ou sous la direction d'une organisation criminelle, ainsi que d'avoir participé à une opération de trafic de drogues.

Abitibi–Témiscamingue

Drogues et stupéfiants