•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les téléphones intelligents à la rescousse des personnes non voyantes

Le téléphone cellulaire à la rescousse des personnes non-voyantes

Reconnaître les produits à l'épicerie, trouver son chemin, identifier des objets : ces gestes du quotidien peuvent sembler simples, mais pour une personne non voyante, c'est peut-être ce qui l'empêche d'être autonome. Un téléphone intelligent peut toutefois l'accompagner dans ces tâches, à condition d'avoir accès à un tel outil.

Un texte d'Alix Villeneuve avec les informations de François Vigneault

Sans jeu de mots, oui, ce serait le jour et la nuit, lance Pierre Boudreau, un homme de 62 ans de Beresford.

M. Boudreau est atteint de rétinite pigmentaire, une maladie dégénérative de l'oeil qui s’est manifestée à son adolescence. Il n’est pas totalement aveugle, mais c’est tout comme, raconte-t-il.

Il m’arrive de voir des choses, mais c’est très rare.

Pierre Boudreau est assis sur un divan et discute avec quelqu'un hors du champ de la caméra. Derrière lui se tient une bibliothèque ornée d'un drapeau acadien qui contient quelques boîtes.« Je vais faire une demande » pour avoir un téléphone, lance-t-il. Photo : Radio-Canada

Un téléphone cellulaire ne permettra jamais de remplacer la vue. Toutefois, cela peut changer la vie des personnes non voyantes, comme lui.

Car la polyvalence de ces appareils impressionne : en plus de recevoir et d'envoyer des appels téléphoniques, ils peuvent énoncer des textes, jouer de la musique, identifier des objets, lire des code-barres, faire des calculs, servir de GPS et réagir à des commandes vocales.

Ça devient un outil pour que l’on puisse dépendre sur nous-mêmes et pas toujours avoir besoin des autres.

Pierre Boudreau, personne non voyante de Beresford

Si ces tâches semblent simples pour une personne voyante, il n’en est rien pour celles ayant des troubles de la vision. Par moi-même, ce serait très difficile, ajoute l’homme, qui vit actuellement seul.

Une main tient un téléphone intelligent. Sur l'écran, on voit une image d'une vidéo où il y a deux conserves de fèves presque identiques.L'application permet de donner un coup de main à ceux qui ont besoin d'une assistance visuelle. Photo : Be My Eyes

Par exemple, il raconte qu'il existe une application nommée Be My Eyes, que l’on pourrait traduire par Soyez mes yeux. Des personnes non voyantes de partout au monde peuvent se connecter en ligne, partager en direct une vidéo et des bénévoles indiqueront ce qu’il y a dans l'image.

Vous lui pointez l’objet que vous voulez reconnaître et il va vous le dire.

Pierre Boudreau, personne non voyante de Beresford

Donner son téléphone pour la cause

La Fondation INCA, un organisme sans but lucratif qui a pour objectif de venir en aide aux personnes non voyantes, tient une collecte de téléphones cellulaires à l’échelle du pays. La campagne s'intitule Rendre l'appareil.

Les personnes intéressées à faire don de leur ancien téléphone intelligent peuvent visiter rendrelappareil.ca ou composer le 1 833 554-5020.

Plusieurs personnes aveugles ne disposent pas de ces appareils, qu'on voit pourtant partout. Pierre Boudreau est l’un d'eux. On n'a pas de grands moyens.

Dans une allée d'épicerie, Pierre Boudreau marche avec son panier avec l'aide d'une dame pour s'orienter. Pierre Boudreau peut compter sur l'aide d'une personne pour ses tâches ménagères et ses courses. Photo : Radio-Canada / Francois Vigneault

Je suis comme beaucoup de personnes qui sont aveugles ou qui ont une mauvaise vision : le côté monétaire, c'est la difficulté.

Des données montrent que la moitié des personnes ayant un problème de vision disent ne pas avoir de cellulaire, ajoute un responsable du programme, Roger Vienneau.

Remis à neuf

L'INCA remettra un reçu officiel pour le don selon la valeur marchande du téléphone intelligent.

Une fois le don effectué, la fondation remet à neuf le portable. Elle installe ensuite une série d’applications et d’outils nécessaires pour épauler son utilisateur.

Une photo de Roger Vienneau. Il y a derrière lui une affiche jaune concernant le programme de don de téléphone ainsi qu'un cadre avec un paysage peint.La campagne porte le nom de Rendre l'appareil. Sur la photo : Roger Vienneau Photo : Radio-Canada / Francois Vigneault

Tu peux prendre une photo des billets que tu as et ça va te dire la somme d'argent, dit M. Vienneau en guise d'exemple.

Les dons sont d’ailleurs mis en commun, au Nouveau-Brunswick. Les téléphones offerts par des Néo-Brunswickois seront remis à des personnes non voyantes de la même province.

Au début de la trentaine, Roger Vienneau est lui aussi atteint de rétinite pigmentaire. Toutefois, sa maladie s’est stabilisée dans la dernière année et il voit encore, quoiqu'imparfaitement.

Pierre Boudreau sort de chez lui, accompagné par une dame. Il est équipé de sa canne blanche. Les murs de la maison sont blancs et bruns.Le 3 décembre est la Journée internationale des personnes handicapées. Photo : Radio-Canada

Pour sa part, Pierre Boudreau peut compter sur l’aide d’une préposée qui vient l’épauler dans ses tâches quotidiennes, mais espère qu’avec un cellulaire, il pourra être plus autonome et vaquer à ses occupations à son rythme.

On se sent toujours dans une situation où l’on demande aux autres de l’aide, raconte-t-il.

On aimerait être comme tout le monde, et parfois même, être la personne qui aide quelqu’un.

Nouveau-Brunswick

Téléphones intelligents