•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq priorités pour le nouveau conseil municipal de Toronto

La place Nathan Philipps et l'hôtel de ville de Toronto
Le nouveau conseil municipal de Toronto se penchera sur sa gouvernance après son assermentation. Photo: Radio-Canada / David Donnelly/CBC
Radio-Canada

Les 26 élus auront du pain sur la planche à la suite de leur assermentation, mardi. Le nouveau conseil municipal doit, avant même de se pencher sur les dossiers du transport en commun, du logement abordable, de l'économie numérique et de la sécurité publique, décider comment il gouvernera avec moins d'élus et des quartiers électoraux deux fois plus grands.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Un rapport des fonctionnaires municipaux recommande de diminuer le nombre d'élus qui siègent aux comités permanents ainsi qu'aux différentes commissions et agences municipales et d'augmenter la représentation du public.

Il y a un effort pour décentraliser les décisions des élus municipaux.

Peter Graefe, politologue, Université McMaster

Il ajoute que le premier ministre Doug Ford a réduit la taille du conseil municipal afin d'accélérer la prise de décision et d'accroître l'efficacité. Mais l'efficacité dans certains cas rime avec un manque de consultations, un manque de débats, souligne le politicologue.

Reste à voir aussi si la province accordera plus de pouvoir au maire John Tory, notamment un droit de veto au sein du conseil municipal.

Transport

Le transport en commun est la priorité absolue du conseil municipal.

La Ville est même à la recherche d'un haut responsable du transport en commun pour mener à bien, en respectant les budgets prévus, ses nombreux projets d'expansion tels que SmartTrack, le métro de Scarborough et la ligne d'allègement du centre-ville de Toronto pour n'en nommer que quelques-uns.

Photo montrant quelques passagers du métro. Métro fermé sur la ligne 1 entre les stations Downsview et St George tout le week-end.Métro fermé sur la ligne 1 entre les stations Downsview et St George tout le week-end. Photo : La Presse canadienne

Le dossier du transport en commun est d’autant plus important durant ce mandat que le gouvernement conservateur de Doug Ford veut prendre le contrôle du métro de la Commission de transport pour étendre son réseau aux municipalités de York, Durham et Peel.

Le conseil municipal de Toronto pourrait avoir de la difficulté à prendre des décisions à cause de ces changements profonds qui s’annoncent.

Peter Graefe, politologue, Université McMaster

Cette prise de contrôle de la province soulève un grand nombre de questions parce que ses paramètres sont inconnus, souligne Peter Graefe.

Le politicologue de l’Université McMaster ajoute que les élus devront être vigilants.

Par exemple, ils devront s’assurer que les revenus du métro reviennent à la Ville, et non aux autres municipalités, afin de pouvoir financer le système d’autobus ou d’autres projets importants.

Habitation

Le logement abordable est un autre enjeu important. Le maire John Tory a annoncé lors de sa campagne électorale qu'il en ferait construire 40 000 d'ici 12 ans.

Une promesse qui arrive au moment où l'offre de logement est insuffisante, les loyers sont exorbitants et les refuges débordent dans la métropole.

C'est n'est presque rien, selon le politologue Peter Graefe, parce que ça équivaut à environ 3000 logements par année.

Chantier de construction avec un travailleur et un camion à Toronto.L'ouverture de cet édifice de logements abordables est prévue pour 2019. Le logement était un enjeu électoral dans la campagne municipale de Toronto. Photo : Radio-Canada / Lyne-Françoise Pelletier

Il soutient que ce n'est pas beaucoup considérant qu'aucun gouvernement n'a bâti de logements abordables depuis une vingtaine d'années.

Il y a cependant des lueurs d'espoir dans ce dossier. Le fédéral a mis sur pied une Stratégie nationale sur l'habitation et semble prêt à faire des investissements même s'ils sont modestes par rapport à l'ampleur du problème.

La Ville de Toronto a aussi besoin d'un partenaire provincial pour combler son déficit de logements abordables, souligne le politologue.

Le gouvernement Ford ne semble pas intéressé à contribuer à ce dossier.

Peter Graefe, politologue, Université McMaster

La Ville de Toronto continuera d’offrir des incitatifs comme des terrains municipaux excédentaires et des réductions d’impôt foncier aux promoteurs immobiliers afin qu’ils puissent augmenter le parc de logements abordables.

La nouvelle réglementation concernant la construction de maisonnettes dans les ruelles de Toronto est aussi un autre moyen pour réduire l’impact de la crise du logement.

L’économie numérique

Une contestation au Tribunal d'appel de l'aménagement local pourrait forcer le nouveau conseil municipal à revoir le cadre réglementaire d'Airbnb en 2019.

La Ville avait interdit la location à court terme d'appartements au sous-sol à moins que celui-ci constitue la résidence principale d'une personne. Des propriétaires s'opposent à cette décision et la contestent devant le Tribunal d'appel de l'aménagement local, qui remplace la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO).

La cause a été reportée plus d'une fois.

Les chauffeurs de taxi et ceux d'Uber sont désormais en concurrence directe.Les chauffeurs de taxi et ceux d'Uber sont désormais en concurrence directe. Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Les élus devront aussi se pencher sur un rapport évaluant les impacts du covoiturage sur l'industrie du taxi un an après la mise en place de règlements pour Uber et Lyft.

Entretemps, les détenteurs de permis de taxis ont lancé un recours collectif contre la Ville pour près de 2 milliards de dollars. Ils allèguent qu'ils n'arrivent plus à gagner leur vie parce qu'ils doivent maintenant faire concurrence à 65 000 véhicules de plus.

Sécurité publique

La violence armée est un autre enjeu important pour le conseil municipal.

Avant les élections les élus avaient promis d'investir dans les programmes ciblant les jeunes à risque.

Les élus devront aussi s'assurer que les portes des centres de prévention des surdoses restent ouvertes pour sauver des vies. La province n'étant pas convaincue de leur bien-fondé.

Toronto

Politique municipale