•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Autochtones sensibilisés aux risques du VIH et invités à passer un test de dépistage

Une carte blanche où apparaissent cinq cercles contenant chacun une tache de sang.

Le test de sang séché est utilisé depuis peu pour dépister le VIH. Il ne nécessite aucune compétence médicale et peut être envoyé par la poste.

Photo : Radio-Canada / Daniel Gagné

Radio-Canada

Un peu partout au Canada, les Autochtones sont invités à en apprendre plus sur le VIH, une infection qui frappe durement leur communauté. Des activités sont organisées du 29 novembre au 6 décembre un peu partout au pays avec, entre autres, des tests de dépistage offerts gratuitement.

À Winnipeg lundi, plusieurs organismes étaient présents au Centre Neeginan pour offrir de l'information, des tests et du soutien à la communauté autochtone. Ils étaient rassemblés dans le cadre de la 20e Semaine nationale de la sensibilisation au sida chez les Autochtones.

Au pays, 11,3 % des nouvelles infections touchent cette communauté, qui représente 4,9 % de la population canadienne. Les Autochtones sont 2,7 fois plus à risque de contracter le virus que les autres Canadiens.

Lors de l'activité de sensibilisation à Winnipeg, trois tests de dépistage ont été offerts : le test traditionnel par prélèvement de sang, un test rapide permettant d'obtenir un résultat en 15 minutes et le test par sang séché.

Un tableau indique que 89 cas ont été diagnostiqués en 2017.

Selon le gouvernement provincial, ce sont 64 Manitobains qui ont reçu un diagnostic de VIH et 25 personnes porteuses du virus sont venues s'établir au Manitoba.

Photo : Radio-Canada

La dernière méthode est utilisée depuis longtemps pour dépister des maladies chez les nouveau-nés, mais est maintenant de plus en plus utilisée dans le dépistage du VIH. Selon l'agente des programmes liés au VIH au centre de santé Nine Circles de Winnipeg Stephanie Van Haute, ce test est facile à utiliser et peut être envoyé par la poste, ce qui est très pratique pour les résidents de communautés éloignées.

Combattre les préjugés

Les personnes présentes ont souligné l'importance de combattre la stigmatisation que vivent ceux et celles qui ont contracté le VIH.

Deux affiches dénonçant la stigmatisation et offrant le dépistage du VIH sont collées à la table d'un kiosque.

Des organismes offrant des services aux Autochtones et aux personnes atteintes du VIH étaient présents pour discuter avec les participants.

Photo : Radio-Canada / Daniel Gagné

Jacqueline Flett, qui travaille elle aussi au centre de santé communautaire Nine Circles, croit que ce genre de rencontre est particulièrement importante en raison de la crise de la métamphétamine qui frappe Winnipeg. Elle estime qu'il est important que la population connaisse les façons d'agir de façon sécuritaire pour éviter de contracter le virus.

Selon l'organisme qui organise la Semaine de sensibilisation, une personne qui s'injecte des drogues a 59 fois plus de risque d'attraper le VIH que le reste de la population.

Jacqueline Flett, debout devant une affiche de sensibilisation pour le dépistage du VIH.

La représentante le centre de santé communautaire Nine Circles, Jacqueline Flett, espère voir moins de stigmatisation de ceux et celles qui vivent avec le VIH.

Photo : Radio-Canada / Daniel Gagné

Jacqueline Flett est contente de voir que les tests sont désormais offerts plus souvent dans des lieux de traitements et les cliniques. Cela permet aux personnes qui pensent avoir contracté la maladie d'obtenir des réponses sans devoir dévoiler leur état de santé à leur entourage ou à leur médecin de famille.

Jacqueline Flett espère que la stigmatisation disparaîtra et qu'il sera plus facile pour les membres des communautés autochtones d'avoir accès à des tests de dépistage à l'avenir.

Sida

Santé