•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les critères d'Emploi Canada pour l'embauche d'étudiants posent un problème aux organismes

Une personne en fauteuil roulant

Une personne en fauteuil roulant

Photo : iStock

Radio-Canada

Des organismes venant en aide aux personnes handicapées demandent à Service Canada de modifier son programme Emploi d'été Canada, qui leur permet de recruter des étudiants pendant la saison estivale.

Les paramètres du programme fédéral ont changé cette année selon les organismes, ce qui leur cause des problèmes de recrutement.

Des conséquences pour les familles

L'Association des parents d'enfants handicapés de Trois-Rivières offre l'été des camps de jour qui permettent aux parents d'avoir un peu de répit.

Cet été, l'Association n'a pu embaucher que 7 employés sur les 14 qu'elle espérait recruter. L’organisme a recensé 17 familles qui n'ont pas pu envoyer leur enfant au camp de jour pour cette raison.

La directrice de l'Association, Lyne Sergerie, estime que cela a eu des conséquences importantes pour les parents, qui se sont tournés vers les grands-parents ou des services de gardiens privés.

Il y a des parents qui ont pris toutes leurs vacances d’un coup, un parent après l’autre, raconte Lyne Sergerie. Ce n’est pas un cadeau, ce n’est pas une vie de famille!

Dans la région, l'Association de paralysie cérébrale et l'Association du Québec pour enfants avec problèmes auditifs indiquent aussi avoir vécu les mêmes défis de recrutement cet été.

Ottawa sommé de réviser ses modalités

Les organismes demandent qu'Ottawa revoie les modalités du programme Emploi été Canada afin de pouvoir recruter un nombre adéquat d'étudiants l'été prochain.

Le programme d’Emploi Canada permettait auparavant d'embaucher des employés pour 8 semaines, à raison de 35 heures par semaine, au salaire minimum.

L’été dernier, le programme permettait l'embauche d'un étudiant pour 7 semaines, à 30 heures semaine, toujours au salaire minimum.

Avec la pénurie de main-d’oeuvre, il a été difficile pour ces organismes d'offrir des emplois concurrentiels.

Ils craignent que le problème ne se répète l'été prochain, puisque leur clientèle subit directement les conséquences de ce manque d'employés.

Service Canada, qui châpeaute le programme, n'a pas été en mesure d'expliquer, lundi, pourquoi les modalités avaient changé pour ces organismes communautaires.

Avec les informations de Camille Carpentier

Mauricie et Centre du Québec

Emploi