•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de main-d’oeuvre en Atlantique : les PME proposent des solutions

Louis-Philippe Gauthier de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.

Louis-Philippe Gauthier de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada

Les petites et moyennes entreprises (PME) en Atlantique qui manquent de main-d'oeuvre proposent aux gouvernements des moyens de redresser la situation.

Un texte de Pierre Philippe LeBlanc

Dans un rapport publié lundi et intitulé Faire plus avec moins – Assurer la croissance économique avec une main-d’oeuvre vieillissante, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) présente les difficultés des PME liées au manque de main-d’oeuvre ainsi que des recommandations pour corriger le tir.

À l’heure actuelle, selon la FCEI, plus de 20 % des PME en Atlantique envisagent d’annuler leurs projets d’expansion parce qu’elles n’arrivent pas à recruter le personnel nécessaire.

Modifier les programmes d’immigration

Les programmes d’immigration du fédéral et des provinces visant à solliciter des travailleurs étrangers sont très utiles, mais ils ont surtout pour but d'attirer des travailleurs hautement compétents et scolarisés, alors que les PME ont besoin de travailleurs de tous les niveaux de compétences, souligne Louis-Philippe Gauthier, directeur des affaires provinciales à la FCEI au Nouveau-Brunswick.

Ce qu’on recommande aux différents paliers de gouvernement, c’est de regarder à un visa d’introduction au Canada, alors un visa qui permettrait aux gens qui ont moins de qualifications l’opportunité de venir au Canada, de venir travailler, et que ce visa pourrait les apporter à une résidence permanente. Cela permettrait, selon les informations reçues de nos membres qui ont répondu à notre sondage, de [pourvoir] les postes qui ont moins besoin de qualifications, explique Louis-Philippe Gauthier.

Alléger le fardeau financier imposé aux PME

Les PME craignent une augmentation de leurs cotisations à Travail sécuritaire NB et au Régime de pensions du Canada, ainsi que la hausse du salaire minimum et l’instauration d’une taxe carbone. La FCEI demande plutôt aux gouvernements de réduire le fardeau qu’ils imposent aux entreprises.

Il faut absolument que le fardeau, les coûts qui sont engendrés pour les entreprises de la part des gouvernements, soit allégé, soutient Louis-Philippe Gauthier.

La FCEI recommande aussi aux gouvernements de réduire les formalités administratives entourant leurs programmes. Lorsqu’il y a trop de formulaires à remplir, beaucoup d’étapes à suivre, ou si l’information est difficile à trouver, ces formalités deviennent un obstacle pour les PME qui pourraient bénéficier des programmes gouvernementaux, ajoute M. Gauthier.

Nouveau-Brunswick

Emploi