•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ commence à livrer ses promesses

Le premier ministre du Québec, François Legault, a présidé son premier conseil des ministres le 18 octobre 2018. Il est accompagné à droite du ministre des Finances, Éric Girard, et de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

Les familles, les aînés et les entreprises du Québec obtiennent de nombreux cadeaux fiscaux à la veille de Noël. Dans son premier énoncé économique, la CAQ annonce qu'elle bonifie l'allocation familiale et instaure un crédit d'impôt pour les aînés à faible revenu. Il lui restera malgré tout un surplus de 1,65 milliard à la fin de l'année.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

Dès janvier, le gouvernement caquiste remettra un montant supplémentaire maximal de 500 $ par enfant pour les 2e et 3e enfant issus d’une même famille. En campagne, le premier ministre François Legault promettait pourtant une somme additionnelle de 1200 $ par enfant.

423 000 familles pourront profiter de cette mesure qui se chiffre à près 250 millions de dollars. Le gain maximal commence toutefois à diminuer significativement dès que le revenu familial atteint 108 000 $ pour le 2e enfant et 123 000 $ pour le 3e enfant.

Quant à l’abolition complète de la contribution additionnelle pour la garde d’enfants, la fameuse « taxe famille », elle devra attendre au prochain budget. La CAQ, qui souhaite ramener le tarif à 8,05 $ par jour, pose néanmoins une première pierre en procédant à un gel temporaire de l’indexation.

Ça n’aurait pas été prudent de dépenser toutes les marges de manœuvre immédiatement. Il y aura de l’espace pour des prochaines mesures au budget.

Eric Girard, ministre des Finances du Québec

L’engagement d’uniformiser le taux de taxation scolaire sera, quant à lui, détaillé dans un projet de loi qui sera déposé très bientôt, ainsi que dans le budget 2019-2020.

Aide aux aînés

Le premier ministre François Legault s’est montré sensible aux cris à l’aide d’aînés, lancés lors de la campagne électorale.

Un nouveau crédit d’impôt est ainsi créé pour plus d’un demi-million de personnes âgées de 70 ans plus, à compter de cette année. S'il obtient des revenus inférieurs à 22 500 $ annuellement, un aîné seul pourra par exemple recevoir le maxium prévu de 200 $. L'aide est ensuite réduite progressivement jusqu'à un revenu de 26 500 dollars.

C’est un geste ciblé. […] Un ajout qui peut être significatif.

Eric Girard, ministre des Finances du Québec
Entrevue avec le fiscaliste Luc Godbout

Financement pour l’acquisition d’une voiture électrique

Les rabais à l’acquisition d’une voiture électrique – de 8000 $ maximum pour un véhicule neuf et de 4000 $ maximum pour un véhicule d’occasion – et de bornes résidentielles seront maintenus, avec un financement additionnel de près 21 millions de dollars jusqu’au 31 mars.

Le projet pilote, « victime de son succès », devait prendre fin au 31 décembre 2018.

Des millions pour les entreprises

La CAQ souhaite accroître les investissements et la productivité des entreprises, qui représentent un « enjeu structurel » selon le ministre des Finances, Eric Girard. L’Ontario a une avance de près 18 % en terme de productivité sur le Québec.

Près 450 millions sont prévus à compter de l’an prochain pour encourager les entreprises à investir. Le taux d’amortissement du matériel informatique, de fabrication et de transformation et de l’équipement de production d’énergie propre sera augmenté à 100 %.

Le poids de la dette diminuera plus rapidement que prévu

Comme prévu, le ministre des Finances entend utiliser 8 milliards de dollars du Fonds des générations afin de rembourser une partie de la dette du Québec sur les marchés financiers d’ici le printemps. Les libéraux ont déjà pigé 2 milliards cette année pour ce faire.

Ce remboursement anticipé permettra une économie de 332 millions de dollars en intérêts sur cinq ans.

La dette brute devrait ainsi passer à 45 % du produit intérieur brut en 2020-2021. C’est cinq ans plus tôt que prévu.

Pas de turbulences économiques en vue

Si la prudence est de mise, le ministre des Finances estime qu’il n’y a pas de récession prévisible à court et à moyen terme et que les marges de manœuvre sont au rendez-vous en cas d’instabilité économique.

L’économie est en bonne position en 2018. Il y a un dynamisme. Toutes les indications que nous avons pour 2019 nous donnent une année positive.

Eric Girard, ministre des Finances du Québec

La croissance économique en 2018 s’est établie à 2,5 %; elle baissera à 1,8 % l’année prochaine, selon les prévisions budgétaires.

Politique provinciale

Politique