•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Neil deGrasse Tyson nie les allégations d'agressions sexuelles

Il s'adresse à une foule sur une scène derrière laquelle sont projetées des images de l'espace.
L'astrophysicien américain Neil deGrasse Tyson est visé par des allégations d'agression sexuelles. Photo: Getty Images / Craig Barritt
Agence France-Presse

Le célèbre auteur et astrophysicien américain Neil deGrasse Tyson a rejeté dimanche des accusations d'agression sexuelle de trois femmes, qui évoquent des faits remontant à plusieurs dizaines d'années.

En écrivant sur Facebook, M. Tyson, 60 ans, figure de la télévision américaine également connue pour ses ouvrages de vulgarisation scientifique, a mis fin dimanche à un long silence après les plaintes déposées par trois femmes.

« Pour différentes raisons, la plupart justifiées, certaines non, des hommes accusés de comportements sexuels inappropriés dans le climat #metoo actuel sont présumés coupables par le tribunal de l'opinion publique », a-t-il écrit.

Une des plaignantes a accusé M. Tyson de l'avoir droguée et violée lorsqu'ils étaient tous deux étudiants à l'Université du Texas, à Austin, en 1984. Elle a déclaré s'être évanouie après qu'il lui eut donné une boisson, et se rappelle s'être réveillée nue dans le lit du jeune homme.

M. Tyson dit se rappeler « avoir partagé quelques moments d'intimité », toujours dans l'appartement de cette dernière. « Il n'y avait rien sinon d'étrange ni d'inhabituel dans cette amitié », a-t-il précisé.

Le scientifique a été stupéfait de lire, 30 ans plus tard, qu'il était accusé « d'avoir drogué et violé une femme » dont il ne reconnaissait « ni la photo ni le nom ».

La deuxième accusatrice est, selon lui, une collègue qui l'aurait approché en 2009 pour lui demander une photo. Celle-ci avait un tatouage représentant le système solaire sur le bras. M. Tyson a reconnu qu'il avait probablement « cherché Pluton sur son épaule », mais a aussi dit avoir été surpris d'apprendre qu'elle avait trouvé cela « bizarre » et qu'elle pensait avoir été « tripotée ».

« Ce n'était pas du tout mon intention et je regrette profondément qu'elle ait ressenti cela », a-t-il écrit.

La troisième accusation remonte à l'été dernier. M. Tyson aurait alors invité chez lui une collègue assistante de production. Plus tard, « elle est entrée dans mon bureau pour me dire qu'elle avait été dérangée par cette soirée. Elle a interprété l'invitation comme une tentative de séduction ».

M. Tyson a également reconnu lui avoir, à plusieurs reprises, « maladroitement » dit que s'il l'étreignait, il pourrait « vouloir plus ». Il lui aurait finalement offert une poignée de main « spéciale », considérée par la plaignante comme déplacée, et qu'il aurait apprise « d'un Autochtone dans une réserve située dans le Grand Canyon ».

Les chaînes Fox et National Geographic, qui diffusent l'émission Cosmos, et le musée d'Histoire naturelle de New York, où M. Tyson dirige un planétarium, ont déclaré enquêter sur ces accusations.

Inconduite sexuelle

International