•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un organisme d'aide aux personnes itinérantes est dans l'incertitude à Gatineau

Un véhicule récréatif reconverti stationné devant une ancienne caserne en hiver.

Itinérance zéro utilise une ancienne caserne depuis l'an dernier pour entreposer son motorisé durant l'hiver.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'organisme Itinérance zéro, qui sillonne les rues et qui distribue des repas et des vêtements chauds à des sans-abri de Gatineau, pourrait faire face à d'importants défis logistiques. Aux dires de son directeur, la Ville voudrait que l'organisme libère une partie de l'espace qu'il occupe, ce qui pourrait compromettre certaines de ses activités.

Le motorisé d’Itinérance zéro sillonne les rues à la tombée de la nuit et distribue jusqu’à 500 repas par semaine pendant les mois d’hiver à Gatineau. Les bénévoles de l’organisme distribuent également des vêtements d’hiver aux personnes dans le besoin des secteurs de Notre-Dame et du Vieux-Hull.

Mise à jour

Le conseiller municipal du district Lac-Beauchamp, Jean-François LeBlanc, a fait savoir le lundi 3 décembre, le lendemain de la publication de cet article, que l'organisme Itinérance Zéro obtenait l'autorisation d'occuper les locaux de la caserne jusqu'au printemps 2019. Toutefois, si jamais la Ville a besoin des locaux, elle pourrait demander à l'organisation de quitter les lieux.

Itinérance Zéro explique avoir été autorisé par la Ville l’an dernier à abriter son motorisé dans une ancienne caserne de la rue Saint-René Est pour le réchauffer et éviter d’avoir à le déneiger avant chaque tournée.

La Ville leur a donné un premier espace de stationnement suffisamment vaste pour qu’ils puissent aussi entreposer les vêtements chauds à donner. Il y a un mois, on a accordé aux responsables un plus petit espace pour le motorisé et ils ne pouvaient plus mettre les vêtements à proximité. Progressivement, l’organisme s’est donc mis à entreposer les habits dans un espace adjacent, puis a commencé à utiliser la cuisine pour réchauffer des repas préparés par des bénévoles à servir aux sans-abri, et ce, sans autorisation officielle de la Ville.

Quand une personne de la Ville est venue visiter, j’ai eu un appel [...] qui nous demande simplement de libérer [les locaux] de tout ce qui est "vêtements", relate le fondateur et directeur d’Itinérance zéro, Benoit Leblanc.

La Ville estime qu'un autre organisme pourrait avoir besoin de l’espace dans la caserne occupée par Itinérance zéro, mais seulement à compter de septembre.

Ça grossit beaucoup, on est encore bénévole et on n’est pas plus nombreux. De là l’importance d’avoir les vêtements et la cuisine juste à côté.

Benoit Leblanc, fondateur et directeur, Itinérance zéro

L’importance d’avoir la cuisine et les vêtements au même endroit, c’est que souvent les cuisinières aussi vont faire le tri aussi, poursuit-il. Si on est éparpillé un peu partout, la logistique devient beaucoup plus compliquée.

La possibilité d’une réduction de services chez Itinérance zéro a mobilisé les internautes sur les réseaux sociaux et le conseiller du quartier, Jean-François Leblanc, a fini par indiquer que pour l’instant, l’organisme n’aura pas besoin de quitter les locaux.

Il y a beaucoup de besoins, on veut [que les organismes] travaillent ensemble, on veut les accommoder. Je pense que c’est juste. Et je pense que c’est juste un malentendu qui va se régler avec quelques appels en début de semaine, souligne le conseiller du district du Lac-Beauchamp.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Pauvreté