•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des syndiqués de Postes Canada dénoncent la perte d'heures de congé

Une boîte à lettres de Postes Canada.
Une boîte à lettres de Postes Canada. Photo: La Presse canadienne / Darren Calabrese
Radio-Canada

De retour au travail après l'adoption d'une loi spéciale, des employés de Postes Canada, dont ceux de la région, ont appris que leurs banques de congés seraient amputées de certaines heures.

Des syndiqués de Postes Canada ont eu une nouvelle frustration vendredi en voyant leur banque de congés diminuer.

Ce que les gens ont constaté en allant voir leur banque de vacances en date de vendredi, c'est que Postes Canada a retiré jusqu'à 20 heures, sur les heures de vacances qui étaient présentement en banque, explique Jean-François Simard, président du syndicat des travailleurs et des travailleuses des postes pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Postes Canada répond pour sa part que la convention collective n'était plus en vigueur et que le Code canadien du travail a été appliqué pendant la grève.

Un manteau de facteur en premier plan, un centre de distribution en arrière-plan. C'est ici que les employés s'affairent à trier les colis et les enveloppes Photo : Radio-Canada / Bruno Maltais

Les syndiqués croyaient que les grèves rotatives permettraient d'éviter ces complications.

Il n'y a personne qui a raté plus de huit heures de travail étant donné que ce sont des grèves rotatives, mais selon l'employeur, on n'aurait pas travaillé nos dix jours pour avoir droit à nos crédits, mais je répète que ça a été jugé illégal en 2011.

D'ailleurs, le 15 novembre dernier, les syndiqués ont reçu un paiement de Postes Canada pour un grief similaire déposé après le lock-out de 2011.

La députée du NPD dans Jonquière, Karine Trudel, a d'ailleurs eu droit à ce paiement, à titre d'ancienne factrice de Postes Canada.

Le même jeu exactement que 2011, la même procédure. Couper dans les éléments, les vacances… ça empoisonne le milieu de travail et Postes Canada a le gros bout du bâton dans les négociations, précise Karine Trudel.

Selon Postes Canada, puisque les employés reçoivent déjà plus que le minimum de congés prévus dans le Code du travail, les heures n'ont pas été accumulées pendant le conflit.

D'après le reportage de Claude Bouchard

Saguenay–Lac-St-Jean

Relations de travail