•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La boxe, un sport qui « n’a pas de sens », déplore un neurochirurgien

Oleksandr Gvozdyk et Adonis Stevenson dans le ring du Centre Vidéotron
Oleksandr Gvozdyk a vaincu Adonis Stevenson, hier soir à Québec. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

« Le sport de la boxe, l'objectif, c'est de donner une commotion cérébrale. Ça n'a pas de sens. »

Un texte de David Rémillard

Les mots sont du neurochirurgien Georges L’Espérance. Appelé à commenter la condition critique dans laquelle se trouve le boxeur Adonis Stevenson, dimanche, le médecin n’a pas hésité à dire ce qu’il pensait de la boxe.

« Un sport où le règlement est de ne pas avoir droit de donner de coups en bas de la ceinture mais qu’on donne une commotion cérébrale… Lorsqu’une société est rendue à protéger les bijoux de famille plus que le cerveau, on a un petit problème, on devrait y réfléchir », a-t-il tranché.

« Prenez n’importe quel sport, le hockey, le ski, le football, la commotion va être un accident. Le but de la boxe, c’est de donner une commotion cérébrale. Un knock-out, c’est une commotion cérébrale. »

Du temps où il était président de l’Association des neurochirurgiens du Québec, le spécialiste avait appelé à un moratoire de la boxe au Québec, a-t-il rappelé. « On m’avait répondu que c’était une bataille perdue d’avance. Il y a énormément d’argent qui est impliqué là-dedans. »

Coups fréquents

M. L’Espérance a souligné que les pugilistes sont exposés à « des coups fréquents » à la tête au cours de leur carrière, et que des séquelles chroniques peuvent se manifester « à long terme ». On parle « d’encéphalopathie pugilistique, qui est documentée depuis une bonne centaine d’années ».

Dans le cas particulier de Stevenson, âgé de 41 ans, le médecin ne s’est pas trop avancé sur le pronostic. « Les séquelles, on ne peut pas le prévoir », a-t-il mentionné. « Je ne connais pas le dossier, bien évidemment. Mais le fait qu’il ait été conscient et que par la suite ça se soit détérioré, ça indique un élément commotionnel majeur. »

Il estime que les 48 prochaines heures permettront d’avoir une idée plus claire de l’évolution de l'état de santé d’Adonis Stevenson. « On peut voir comment évolue le patient, comment évolue la pression intracrânienne. »

Stevenson est père de cinq enfants.

Boxe

Sports