•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Yémen de nouveau menacé par une épidémie de choléra

Adultes et enfants remplissent des bouteilles d'eau à des robinets installés à l'extérieur d'un bâtiment.
Des Yéménites vont chercher de l'eau potable au robinet d'un organisme caritatif. Photo: Reuters / Khaled Abdullah
Reuters

Les cas de choléra se multiplient de nouveau au Yémen, pays en pleine guerre civile, rapporte le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF). Un important dispositif humanitaire avait permis d'enrayer une épidémie en début d'année.

Selon Meritxell Relano, représentante locale de l'organisation, plus de 250 000 cas de choléra et 358 décès liés à cette maladie y ont été dénombrés depuis le début de l'année.

Les enfants de moins de cinq ans représentent 30 % des infections, a-t-elle souligné.

La situation n'est pas aussi grave qu'en 2017 – plus d'un million de cas avaient alors été recensés –, mais le taux d'infection est à nouveau à la hausse et une nouvelle épidémie de grande ampleur n'est pas exclue, estiment les organisations humanitaires.

« Avec l'arrivée de l'hiver, nous nous attendions à une baisse du nombre de cas, mais les malades continuent à arriver au même rythme », a déploré Mohammed Abdoulmoughni, pédiatre à Sanaa, la capitale, que les rebelles chiites houthis contrôlent depuis septembre 2014.

À Sanaa, les dirigeants mis en place par la rébellion ont entrepris de stériliser les puits, les réseaux de distribution d'eau et les canalisations dans les habitations.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé le mois dernier que 10 000 nouveaux cas présumés de choléra étaient signalés chaque semaine au Yémen, soit le double de la moyenne pendant les huit premiers mois de 2018.

Conflits armés

International