•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’usage de méthamphétamine cristallisée fait un grand bond en Alberta

Un utilisateur de méthamphétamine en cristaux

Un utilisateur de méthamphétamine en cristaux

Photo : CBC

Radio-Canada

Le nombre d'Albertains qui souhaitent intégrer un centre de désintoxication pour soigner une dépendance à la méthamphétamine cristallisée a triplé en cinq ans.

C'est ce qui ressort d'une étude de Services de santé Alberta.

Elle constate que 31 % des personnes admises dans ces centres pendant l’exercice financier 2017-2018 avaient utilisé du « crystal meth » alors qu'elles n’étaient que 10 % à avoir utilisé cette drogue synthétique en 2012-2013.

« Ces statistiques ne m’étonnent pas », affirme Ethyl Fiddler de l’association Boyle Street Community Services à Edmonton qui apporte un soutien aux toxicomanes.

Elle souligne que le fentanyl provoque des morts soudaines, mais que la méthamphétamine en cristaux met du temps à détruire le corps, notamment le système nerveux central.

Vous n’allez probablement pas mourir, mais votre esprit n’existera plus

Ethyl Fiddler, Boyle Street Community Services

Il faut des mois avant d’être admis dans un programme de traitement résidentiel, note Mme Fiddler, et il faut ne pas avoir consommé de drogue pendant au moins sept jours.

Le directeur général du centre de désintoxication Recovery Acres, Jeremiah Aherne, constate que l’âge de ses clients dépendant de méthamphétamine semble baisser.

« Avec l’alcool, vous pouvez passer 10 à 20 ans sans ennui et ce n’est que plus tard que vous irez dans un centre de désintoxication, dit-il. Mais avec le « crystal meth », vous pouvez détruire votre vie rapidement et vous retrouver dans un centre dans la vingtaine ».

L’Alberta dit avoir enregistré 32 000 personnes dans des centres dédiés à la dépendance en 2017, soit un nombre plus élevé que la population de la ville de Le Duc.

Alberta

Drogues et stupéfiants