•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une troisième affaire de corruption menace le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou

Le premier ministre d'Israël Benyamin Nétanyahou et sa femme Sara.
Le premier ministre d'Israël Benyamin Nétanyahou et sa femme Sara Photo: Reuters / Ronen Zvulun
Reuters

La police israélienne a recommandé une fois de plus dimanche d'engager des poursuites judiciaires pour des faits de corruption à l'encontre du premier ministre Benyamin Nétanyahou et de son épouse Sara, disant avoir rassemblé suffisamment de preuves.

Benyamin Nétanyahou est soupçonné d'avoir accordé des faveurs gouvernementales à la société de télécommunications Bezeq en échange d'une couverture favorable à son égard de la part du site d'informations Walla, propriété du groupe.

Le chef du gouvernement israélien nie toute malversation.

Dans un communiqué, M. Nétanyahou dit n'avoir rien à se reprocher et affirme que les recommandations de la police ne sont juridiquement pas fondées.

La décision finale sera prise par le procureur général, qui doit déjà se prononcer sur deux autres affaires de corruption qui visent le premier ministre.

Fragilisé par la démission de son ministre de la Défense et par une majorité qui ne tient qu'à un fil, Benyamin Nétanyahou se retrouverait dans une situation difficilement tenable en cas d'inculpation.

Les membres de sa coalition gouvernementale ont prévenu qu'ils attendraient la décision du procureur général avant de se prononcer sur les accusations qui le visent.

La recommandation de la police pourrait inciter Benyamin Nétanyahou à accélérer le calendrier électoral et à jouer son va-tout lors de législatives anticipées, en espérant qu'une issue positive dissuade le parquet d'engager des poursuites.

Moyen-Orient

International