•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hells Angels : un « mariage de l’année » sous haute surveillance policière

Une plaque sur le mur d'un bâtiment sur laquelle il est écrit: «Le Windsor, salles de bal»
Le Windsor, à Montréal, où a été organisé le mariage du motard Martin Robert. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le mariage de Martin Robert, membre en règle des Hells Angels, attire l'attention des corps policiers qui jugent cet évènement comme une démonstration de force du crime organisé.

L’organisation criminelle a dépensé sans compter en louant une luxueuse salle au centre-ville de Montréal pour le mariage d’un des chefs du chapitre montréalais des motards.

Un tel évènement d’envergure n’a pas eu lieu au Québec depuis plusieurs années, affirme Sylvain Tremblay, retraité de la Sûreté du Québec.

Quand on peut se permettre cela, c’est que tout va bien au niveau des affaires.

Sylvain Tremblay, ex-membre de la Sûreté du Québec

Quelque 270 invités ont été conviés à la cérémonie et les corps policiers s’attendent à y voir des membres des mafias italienne, irlandaise et russe en plus de trafiquants autochtones et de membres des gangs de rues.

Mise à jour des bases de données

Pour M. Tremblay, les policiers pourront alors « évaluer l’harmonie qui règne en ce moment au sein des groupes du crime organisé ».

Une opinion partagée par Guy Ryan, policier retraité du Service de police de la Ville de Montréal, qui qualifie l'évènement de « mariage de l'année ».

« Ils veulent démontrer qu’ils sont puissants, ils veulent démontrer qu’ils contrôlent ce qu’ils peuvent faire quand ça leur tente de le faire », estime-t-il.

Un homme portant un manteau répond aux questions d'une journaliste dans un parc.Guy Ryan, retraité du Service de police de la Ville de Montréal Photo : Radio-Canada

Pour les deux retraités, ce mariage représente une occasion pour les corps policiers municipaux, provinciaux et fédéraux de mettre à jour leurs bases de données.

Martin Robert a fait ses preuves au sein des Death Riders de Laval lors de la guerre des motards dans les années 1990.

Il est devenu un membre en règle des Hells Angels en décembre 2002 et a purgé 5 ans de prison après avoir été arrêté en 2010 lors de l’opération SharQc. Il avait été placé sur la liste des 10 criminels les plus recherchés de la province.

Sa nouvelle femme, Annie Arbic, est la fille de Sharon Simon, importante trafiquante de drogue au sein de la réserve mohawk de Kanesatake.

Avec les informations de Diana Gonzalez et de Kim Vermette

Crime organisé

Justice et faits divers