•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cours du secondaire donné à distance dans le Témiscouata

Une étudiante fait des calculs dans un cours de comptabilité au Cégep de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans le Témiscouata, deux étudiantes de Squatec doivent suivre un cours de secondaire à 35 kilomètres de la classe, faute d'un nombre suffisant d'élèves chez eux.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Sara Tablot et Camille Ferland suivent un cours de mathématique avancé de 5e secondaire unique en son genre au Québec.

Contrairement aux autres élèves, elles ne sont pas assises en classe, mais dans une salle munie d'un système de vidéoconférence.

Leur enseignante se trouve à 35 kilomètres d'elles, dans une classe de l'école secondaire de Témiscouata-sur-le-Lac. Si Sara et Camille peuvent obtenir leur diplôme dans leur milieu de vie, c'est que le ministère ne finance un cours que si au moins six élèves y sont inscrits.

Deux jeunes filles regardent un cours sur un écran.

Camille et Sara se déplaceront à quelques reprises d'ici la fin de l'année à Cabano pour assister à leur cours, histoire de maintenir un contact en personne avec les autres élèves et l'enseignante.

Photo : Radio-Canada

En plus de la dizaine d'élèves qui sont physiquement devant elle, l'enseignante Martine April peut interagir en tout temps avec ses deux étudiantes à Squatec.

Je les vois comme si elles étaient assises comme un autre de mes élèves dans la classe, c'est juste qu'ils sont sur écran géant en arrière, illustre Martine April. Si elles veulent répondre ou participer au questionnement en classe, elles peuvent lever la main comme n'importe quel autre élève.

Offrir ce cours à distance est le fruit de trois ans de travail pour la Commission scolaire du Fleuve et des lacs.

Nancy Couture, à côté d'un écran large

La directrice des services de l'enseignement à la Commission scolaire du Fleuve et des Lacs, Maryse Turcotte.

Photo : Radio-Canada

On aurait dû déplacer ces deux jeunes filles ici à Cabano, mais la volonté de la commission scolaire, c'est de garder les élèves dans leur école d'appartenance, indique la directrice des services de l'enseignement à la Commission scolaire du Fleuve et des Lacs, Nancy Couture.

Au début, c'était un peu étrange et stressant parce qu'on ne connaissait personne, mais après trois mois on est correct et c'est comme une classe.

Sara Tablot, élève de 5e secondaire

Pédagogie numérique

Tous les manuels de cours et les exercices pour les devoirs se retrouvent sur une tablette.

Martine April en entrevue à Radio-Canada

Martine April, enseignante à la polyvalente de Cabano, peut voir ses élèves à distances au moyen d'un écran au fond de sa salle de classe.©Radio-Canada

Photo : Radio-Canada

Je peux aller sur chacune des pages de mes élèves et aller commenter et indiquer les erreurs. Des fois, je prends toute ma liste d'élèves et je les regarde un par un et je donne un commentaire.

Martine April, enseignante à la polyvalente de Cabano

Camille et Sara se déplaceront à quelques reprises d'ici la fin de l'année à Cabano pour assister à leur cours, histoire de maintenir un contact en personne avec les autres élèves et l'enseignante.

Camille Ferland, élève de 5e secondaire

Camille Ferland, élève du 5e secondaire

Photo : Radio-Canada

On a beaucoup de cours à deux. L'an passé, nos maths, on les faisait juste à deux, donc on est habituées de travailler ensemble. On sait comment travailler l'une avec l'autre donc ça va super bien.

Camille Ferland, élève de 5e secondaire

Intérêt ailleurs

À peine lancé, le projet-pilote suscite de l'intérêt. Des bilans sont envoyés au ministère de l'Éducation et d'autres commissions scolaires suivent de près l'évolution du dossier. C'est le cas notamment d'une commission scolaire en Gaspésie.

Les dirigeants de la Commission scolaire du Fleuve et des Lacs évaluent la possibilité d'élargir l'offre de cours offerts à distance pour leurs élèves. Au cours des prochaines années, l'ensemble du cursus en mathématique pourrait y être donné si le besoin s'en faisait sentir.

Un élève écrit sur une tablette électronique

Tous les manuels de cours et les exercices pour les devoirs se retrouvent sur une tablette.

Photo : Radio-Canada

L'an prochain, la formation à distance ne devrait pas être nécessaire. Le nombre d'élèves dans les classes du secondaire sera suffisant pour offrir les cours dans toutes les écoles.

D'après le reportage de Patrick Bergeron

Bas-Saint-Laurent

Éducation