•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Gilets jaunes » : montée de la violence à Paris

De violents affrontements ont marqué le troisième samedi de manifestation des gilets jaunes à Paris.

Photo : AFP/Getty Images / GEOFFROY VAN DER HASSELT

Radio-Canada

De violents affrontements perdurent, samedi en fin de journée, sur les Champs-Élysées à Paris, en marge de la troisième grande manifestation des « gilets jaunes » dans la capitale française en autant de semaines. On compte 110 blessés, dont 17 policiers, et 287 personnes ont été arrêtées.

« On est dans un état insurrectionnel, on n'a jamais vu ça », a déclaré sur BFM TV Jeanne d'Hauteserre, maire du VIIIe arrondissement de Paris où se sont déroulés la plupart des affrontements, avec des dizaines de voitures brûlées dans plusieurs rues et des bâtiments incendiés.

Les magasins des Galeries Lafayette et du Printemps ont été évacués en raison des violences et des incendies qui menacent plusieurs bâtiments dans le centre de Paris, selon des journalistes de Reuters. Un incendie dans un bâtiment situé au rond-point de l'Étoile a été maîtrisé, mais plusieurs autres feux menacent d'autres immeubles.

Une voiture en feu dans une rue de Paris après le passage de manifestants.

Une voiture incendiée près des Champs-Élysées pendant la 3e manifestation des gilets jaunes à Paris

Photo : The Associated Press / Kamil Zihnioglu

Des sources policières déclarent qu'un manifestant a volé un fusil d'assaut dans une voiture de police.

Nos correspondants Jean-François Bélanger et Yannick Dumont-Baron suivent les événements.

Réactions politiques

De Buenos Aires, où il participe au Sommet du G20, le président français Emmanuel Macron a fait savoir qu'il tiendra une rencontre interministérielle dès son retour au pays, dimanche. « Je respecterai toujours la contestation, j’écouterai toujours les oppositions, mais je n’accepterai jamais la violence », a-t-il écrit sur Twitter.

Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement, ne veulent aucune amélioration, ils veulent le chaos : ils trahissent les causes qu’ils prétendent servir et qu’ils manipulent. Ils seront identifiés et tenus responsables de leurs actes devant la justice.

Emmanuel Macron, président de la France

« Aucune cause ne justifie que les forces de l’ordre soient attaquées, que des commerces soient pillés, que des bâtiments publics ou privés soient incendiés, que des passants ou des journalistes soient menacés, que l’Arc de triomphe soit ainsi souillé. Ce qu’il s’est passé aujourd’hui à Paris n’a rien à voir avec l’expression pacifique d’une colère légitime. »

De son côté, le premier ministre français Édouard Philippe a annulé sa présence à la COP24, prévue en Pologne, en raison des violences ayant émaillé la manifestation de samedi.

Forte présence policière

Toute la journée, l'avenue des Champs-Élysées a été fermée à la circulation. Le ministère de l’Intérieur n'autorisait l'accès aux piétons qu'après un contrôle d'identité et une fouille des sacs.

Pendant que des manifestants pacifiques étaient rassemblés autour de la tombe du Soldat inconnu pour chanter La Marseillaise, la place Charles-de-Gaulle (anciennement connue sous le nom de place de l’Étoile), en amont des contrôles de sécurité, a été le théâtre d’incidents.

Certains manifestants ont tenté de forcer un point de filtrage, selon la police, et ont jeté des projectiles sur les forces de l'ordre. Un des piliers de l’Arc de triomphe a été couvert du graffiti « Les gilets jaunes triompheront ».

Les forces de l’ordre sont mieux préparées que la semaine dernière, selon notre correspondant Jean-François Bélanger. Les 5000 policiers et gendarmes en tenue antiémeute ont réussi à limiter l'accès à la place Charles-de-Gaulle en utilisant des canons à eau, des grenades dispersantes, des balles de plastique et des gaz lacrymogènes.

Des manifestants portant des gilets jaunes et des masques font face à des policiers au pied de l`Arc de triomphe.

Des manifestants ont vandalisé l'Arc de triomphe en y inscrivant « Les gilets jaunes trimpheront ».

Photo : AFP/Getty Images / GEOFFROY VAN DER HASSELT

Les éléments plus perturbateurs sont des groupes qui « viennent pour casser, qui sont équipés, qui sont structurés », a dit la porte-parole de la préfecture de police Johanna Primevert, qui a notamment mis en cause des groupes d'« ultra-droite ».

Selon le secrétaire d'État du ministère de l'Intérieur, Laurent Nunez, 3000 « casseurs » se trouvaient sur la place de l'Étoile, comparativement à 200 « manifestants pacifiques » sur les Champs-Élysées. « On a affaire à des groupes extrémistes, extrêmement violents qui s'en prennent aux institutions [...] qui sont équipés, cagoulés, masqués [...] et qui empêchent l'avancée des forces de l'ordre », a-t-il expliqué sur BFM TV.

Un manifestant des gilets jaunes se dresse, bras ouverts, derrière une barricade enflammée près de l'Arc de triomphe.

Les manifestants ont dressé des barricades et y ont mis le feu dans les rues de Paris.

Photo : AFP/Getty Images / GEOFFROY VAN DER HASSELT

À la mi-journée, les manifestants s'éparpillaient dans les avenues alentour tout en continuant les affrontements. Plusieurs voitures ont été incendiées.

Samedi dernier, plus de 60 personnes ont été arrêtées à Paris dans les débordements qui ont marqué le deuxième week-end de manifestation du mouvement.

Le mouvement des gilets jaunes est né de la colère contre la hausse du prix du carburant. Les partisans du mouvement manifestent dans toute la France contre la hausse du coût de la vie en France et la diminution du pouvoir d’achat de la population.

Comparutions rapides pour les auteurs de violences

Le procureur de Paris, Rémy Heitz, a annoncé que tous les auteurs de violences lors de la manifestation des gilets jaunes samedi à Paris seraient jugés rapidement grâce à une mobilisation des magistrats et des greffiers dès lundi.

« Je vous informe que mon parquet veillera à engager des poursuites devant le tribunal correctionnel contre tous les auteurs des faits de violences et de dégradations constatées qui seront identifiés, et à ne pas laisser impunies les exactions inacceptables qui ont été commises à Paris aujourd'hui », a-t-il dit dans un communiqué, faisant état de près de 200 personnes en garde à vue samedi en fin de journée.

« Pour ce faire, la permanence du parquet de Paris a été renforcée par la mobilisation de magistrats et de greffiers supplémentaires. De même, et en accord avec le président du tribunal, le nombre d'audiences correctionnelles sera adapté dès lundi, afin de pouvoir juger ceux qui seront poursuivis en comparution immédiate », a-t-il ajouté.

Des gilets jaunes désapprouvent les violences

Des manifestants repoussés au sol par un canon à eau.

Les policiers repoussent des manifestants des « gilets jaunes » avec des canons à eau.

Photo : Reuters / Stephane Mahe

Certaines figures de proue du mouvement des gilets jaunes ont dénoncé les violences commises par les casseurs, estimant que ces derniers décrédibilisaient leur message.

« Quel est le message que les gilets jaunes veulent faire passer aujourd'hui? Qu'on mette la France à feu et à sang, ou on veut trouver des solutions? Je trouve ça aberrant », a dit Jacline Mouraud sur BFMTV, l'une des premières à manifester sa colère contre le gouvernement sur une vidéo devenue virale. Elle se trouvait sur un blocage du dépôt pétrolier de Lorient.

Sur l'ensemble du territoire, on comptait « un peu moins de 36 000 manifestants » qui ont engagé des opérations « dans le plus grand calme », selon le premier ministre. À Paris, ils étaient 5500.

En dehors de la capitale, 582 blocages étaient comptabilisés à la mi-journée par les autorités françaises, selon des sources syndicales policières. Il y en avait 516 samedi dernier à midi. La circulation était perturbée sur 17 autoroutes, a indiqué le groupe Vinci.

Entre 8000 et 10 000 policiers sont mobilisés pour faire face aux actions des gilets jaunes sur le territoire, dont 5000 à Paris, a déclaré le secrétaire général du syndicat Alternative police, Denis Jacob.

Un périmètre d'exclusion interdisant rassemblements et manifestations a été instauré par le préfet de police de Paris pour « garantir la protection des institutions », notamment autour de l'Assemblée nationale et de l'Élysée.

Lors de la première journée de manifestation des gilets jaunes le 17 novembre, près de 300 000 personnes s'étaient mobilisées, selon le ministère de l'Intérieur. Lors de la deuxième journée, le 24, elles étaient un peu plus de 100 000, dont 8000 à Paris.

Les rencontres entre le premier ministre et des représentants du mouvement vendredi n'ont pas été concluantes, ce qui laisse présager un regain de colère.

Seuls deux gilets jaunes sur les huit invités ont accepté de venir à Matignon. L'un d'entre eux a coupé court à l'entretien après qu'on eut refusé de retransmettre cette discussion en direct à la télévision.

Avec les informations de Reuters

Politique

International