•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La paroisse Saint-Jean-Baptiste de Regina a un nouveau prêtre

L'homme est debout, souriant, et s'adresse à un micro de Radio-Canada.
Ricardo Escalante Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Ricardo Escalante a été ordonné prêtre vendredi soir à la Cathédrale Saint-Rosaire, à Regina. Il était, jusque-là, diacre à la paroisse Saint-Jean-Baptiste, où il commencera son ministère presbytéral.

« Ricardo va commencer sa vie de prêtre à la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Merci à vous de l’accompagner dans ses premiers pas », a lancé l’archevêque de Regina, Monseigneur Donald Bolen, lors de la cérémonie à laquelle des dizaines de personnes ont assisté. Ricardo Escalante pourra à présent célébrer la messe et les autres sacrements.

Originaire de Trinité-et-Tobago, Ricardo Escalante réside à Regina depuis 2017. Malgré son intérêt pour la prêtrise dès sa jeunesse, ce n’est qu’après avoir exercé la profession d’avocat pendant une dizaine d’années qu’il décide d’entrer au grand séminaire.

C’était ennuyeux pour moi. J’ai été avocat parce que je ne savais pas quoi faire.

Abbé Ricardo Escalante, prêtre à la paroisse Saint-Jean-Baptiste

Il quitte les Caraïbes pour Vancouver, en Colombie-Britannique, où il vit deux ans avant de s’envoler pour Rome, en Italie. Il y fait ses études en philosophie et théologie.

À Rome, il fait la rencontre de l’archevêque de Regina de l’époque, Daniel Bohan, qui lui vante les mérites de la Saskatchewan et lui demande de rejoindre l’archidiocèse de Regina. Il le présente, au passage, au futur archevêque, Donald Bolen, qui travaille alors à Rome.

Un homme, vêtu d'une longue robe blanche, se tient debout, sur un tapis rouge, devant un groupe d'hommes, eux aussi vêtus de blanc, et dont certains sont assis.Ricardo Escalante a été ordonné prêtre vendredi soir à la Cathédrale Saint-Rosaire, à Regina. Photo : Radio-Canada

Ricardo Escalante s’installe donc à Regina, après 17 ans passés à Rome. Il dit apprécier la vie en Saskatchewan. « J’aime beaucoup le silence et le fait que le rythme de vie est lent. Je suis une personne qui lit beaucoup. »

Il se réjouit également de l'accueil que lui ont réservé les Fransaskois.

Ça m’a touché. Je pense que [les Fransaskois] apprécient le fait que j'aime beaucoup le français.

Abbé Ricardo Escalante, prêtre à la paroisse Saint-Jean-Baptiste

En plus du français qu’il a appris à Trinité-et-Tobago, il parle anglais et italien, et il possède des notions d’allemand et d’espagnol.

En tant que prêtre, Ricardo Escalante entend mettre de l’avant des valeurs comme le service, la bonté et la gentillesse. « Être prêtre, c’est servir », résume-t-il. Il prône, par ailleurs, le service anonyme. « Dans le monde de Twitter et de Facebook, tout le monde pense que quelque chose est valide seulement si on le sait. Je suis complètement contre cette idée. »

Une ordination qui fait des heureux

« C’est un grand événement pour nous, comme croyants, d’avoir maintenant notre diacre qui va devenir prêtre et qui va continuer à faire le service chez nous », se réjouit Bernard Roy, paroissien de Saint-Jean-Baptiste et président du conseil de pastorale paroissial.

C’est tout un cheminement que Ricardo a fait à travers ses expériences, et c'est au fur et mesure qu’il a découvert ce que le Seigneur attendait de lui. Pour nous, c’est un modèle de don de soi.

Bernard Roy, paroissien et président du conseil de pastorale paroissial de Saint-Jean-Baptiste

Bernard Roy se dit par ailleurs enchanté que Monseigneur Bolen ait pu trouver une personne pour desservir les Fransaskois dans leur langue.

L’abbé Ricardo Escalante célébrera sa première messe en français le dimanche 2 décembre, à 17 h, à la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Regina.

Saskatchewan

Croyances et religions