•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dunes entières rongées par les vagues aux Îles

À gauche : l'antenne dans le sable et à droite : tout le sable est diparu.

Avant la tempête et après : une antenne parabolique bien fixée dans le terrain s'est retrouvée complètement dégarnie.

Photo : courtoisie Serge Bourgeois

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le directeur de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme des Îles-de-la-Madeleine, Serge Bourgeois, n'en revient pas des dégâts causés aux berges par les fortes vagues ces derniers jours.

Un texte de Brigitte Dubé d'après une entrevue réalisée par Maude Rivard

Plusieurs résidents des Îles rapportent d’importants dommages dans certains secteurs, à la suite des récentes tempêtes.

M. Bourgeois a noté un recul considérable du terrain dans certains secteurs qui ont perdu une dizaine de mètres (une trentaine de pieds), parfois plus. Selon lui, des dunes de sable de 4,5 mètres (15 pieds) de hauteur ont complètement disparu jeudi.

Une passerelle tombée parce qu'elle ne tient plus.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une image qui en dit long sur les dommages causés par la plus récente tempête.

Photo : courtoisie Marie-Ève Giroux

J’ai pris des photos à 4 heures d’intervalle et avec des repères, on voyait le rivage tout simplement s’en aller. Des clôtures qui étaient sur la terre ferme se sont retrouvées dans la mer huit heures après.

Une citation de : Serge Bourgeois, directeur de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme des Îles-de-la-Madeleine

Sans couvert de glace, l'hiver risque d'être catastrophique

Le Madelinot se dit très inquiet devant ce qui pourrait se produire cet hiver, en l’absence de plus en plus probable d’un couvert de glace protecteur.

Les experts du climat nous annoncent une augmentation de la fréquence et de la force des tempêtes, rappelle-t-il. Il faudrait qu’on ait un couvert de glace, c’est la seule protection qu’on a. Si on a d’autres tempêtes comme celles-là, sans aucune protection, au printemps le territoire des îles aura été modifié considérablement.

Ce que j’ai vu ce matin, ça m’a estomaqué. Tout va plus vite que prévu. On est extrêmement vulnérables.

Une citation de : Serge Bourgeois, directeur de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme des Îles-de-la-Madeleine
On voit que le sable a été rongé par les vagues.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les récentes tempêtes viennent rappeler cruellement que les Îles sont extrêmement friables et fragiles.

Photo : courtoisie Marie-Ève Giroux

À certains endroits, ce sont les infrastructures mêmes qui sont menacées si d’autres tempêtes de la même force frappaient.

Le Madelinot rappelle que le côté nord de l’archipel, entre Pointe-aux-Loups et Grosse-Île, est le secteur le plus vulnérable. À cet endroit, le lien entre les Îles est menacé.

Depuis quelques semaines, le ministère des Transports travaille à sécuriser la route.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !