•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre Fitzgibbon veut qu'Investissement Québec prenne plus de risques

Un homme devant un micro.

Le ministre Fitzgibbon lors d'un événement public.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avec son discours d'ouverture à l'Assemblée nationale, le premier ministre François Legault a fait de l'éducation la grande priorité de son mandat. L'économie occupera toutefois une place de choix au cours des quatre prochaines années, alors que le ministre de l'Économie a reçu la mission de réformer Investissement Québec (IQ). Le bras financier du gouvernement québécois devra prendre davantage de risques, avertit Pierre Fitzgibbon.

Un texte de Mathieu Gohier

Sans vouloir critiquer les choix de ses prédécesseurs, le nouveau ministre estime qu'IQ n'en a pas fait assez au cours des dernières années pour accompagner les entreprises en croissance. En entrevue à l'émission Les coulisses du pouvoir, Pierre Fitzgibbon donne un aperçu du coup de barre qu'il compte donner.

« Investissement Québec a beaucoup modulé son offre de service comme une banque, comme une institution financière, en faisant des prêts. C'est correct, mais je pense qu'il va falloir ajuster le curseur », affirme le ministre, lui-même un ancien entrepreneur.

Pierre Fitzgibbon pense particulièrement aux jeunes entreprises lorsqu'il évoque la réforme d'IQ. Alors que l'économie du Québec est en croissance, il estime que l'institution de développement économique doit se montrer plus audacieuse.

Je pense que la prise de risque d'Investissement Québec va devoir augmenter [...]. Je dirais qu'aujourd'hui sa raison d'être c'est de pallier [...] des carences dans la chaîne des capitaux; et aujourd'hui, je dirais qu'une des carences que nous avons c'est tout le côté des jeunes entreprises, des "start-ups" qu'on appelle communément.

Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie

Pierre Fitzgibbon évoque une plus grande implication d'IQ dans les projets d'intelligence artificielle, d'innovation ou encore de numérisation des entreprises. Mais jusqu'où le gouvernement de la CAQ est-il prêt à exploiter le potentiel de risque? Le ministre de l'Économie assure qu'IQ demeurera rigoureux dans ses analyses.

« Le risque, ce n'est pas d'arriver aveuglément dans des projets. Je pense qu'il faut une rigueur interne, les gens d'Investissement Québec ont de la rigueur, au ministère aussi. Il s'agit de s'assurer que nous avons les bons mécanismes d'analyse. Le risque peut amener des pertes plus grandes, il y aura des "provisions" dans ce sens-là. »

M. Fitzgibbon avance que la croissance économique actuelle n'a pas complètement permis au Québec de combler certains écarts de productivité, un problème auquel il dit vouloir s'attaquer rapidement en ce début de mandat.

Un gouvernement qui doit remplir ses promesses

Le premier ministre Legault a martelé que son gouvernement fera preuve d'audace dans la mise en oeuvre de ses engagements comme les maternelles à quatre ans ou l'interdiction du port de signes de religieux pour les fonctionnaires en position d'autorité, y compris les enseignants.

Dans ce contexte, ses ministres sentent-ils une pression supplémentaire? Pierre Fitzgibbon estime que ces promesses ont été mûrement réfléchies et que les Québécois évalueront le gouvernement à la mesure de ses résultats.

« Tout nouveau gouvernement doit vivre avec ses promesses, nous sommes confiants que le cadre financier dans lequel nous avons mis nos promesses va être respecté [...] On est très conscients du fait qu'il faut les livrer parce qu'on va être jugés sur l'action. »

En économie plus précisément, le ministre ajoute que les premières mesures majeures seront incluses dans le premier budget plutôt que dans la mise à jour économique de lundi prochain.

L'entrevue complète avec Pierre Fitzgibbon est diffusée dimanche à 11 h à l'émission Les coulisses du pouvoir.

Politique provinciale

Économie