•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fracturation hydraulique aurait causé le séisme près de Fort St. John

Des cuves sur sol et sur roue sont reliées par de larges tuyaux.

Un site de fracturation hydraulique à Dawson Creek au nord-est de la Colombie-Britannique (archive)

Photo : iStock / MajaPhoto

Radio-Canada

Une extraction de gaz de schiste était en cours tout près de l'épicentre du tremblement de terre de magnitude 4,5 qui a frappé la région jeudi soir, révèle la Commission géologique du Canada.

L’enquête préliminaire montre qu’il est fort probable que cette activité de fracturation hydraulique soit à l’origine du séisme.

Le sismologue Honn Kao précise qu’il faut attendre une enquête plus poussée avant d’affirmer que l’activité d’extraction est à 100 % la cause de la secousse, mais il y a une forte corrélation entre les deux événements, ce que confirme Alison Bird, une sismologue de Ressources naturelles Canada.

Nous sommes à 90 % certains qu'il y a un lien entre la fracturation hydraulique et le séisme.

Alison Bird, sismologue des tremblements de terre à Ressources naturelles Canada

L’enquête est menée conjointement par la Commission géologique du Canada et la Commission des hydrocarbures de la Colombie-Britannique.

Un gros point indique l'emplacement de l'épicentre du séisme près de Fort St. John.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le séisme s'est produit à 10 km de profondeur, à 22 km à l'est de Fort St. John jeudi soir.

Photo : Radio-Canada

Le séisme a frappé la région de Fort St. John jeudi, vers 17 h. Séismes Canada situe l’épicentre à 5 km de profondeur, ce qui, selon Honn Kao, est faible et expliquerait pourquoi il a été ressenti aussi largement.

Des habitants ont raconté aux organismes géologiques qu'ils avaient entendu de bruits de vaisselle qui s’entrechoquaient, vu des étagères qui se balançaient et entendu comme un vrombissement de marteau-piqueur. La secousse a aussi été ressentie à Taylor, à Chetwynd et à Dawson Creek.

La U.S. Geological Survey situe le tremblement de terre à 10 km de profondeur et à 22 km à l'est de Fort St. John, avec une magnitude de 4,2. Une réplique a été relevée une heure plus tard.

Le lien entre fracturation hydraulique et séismes a déjà été établi par le passé, notamment lors d’un tremblement de terre qui a frappé au nord de Fort St. John en 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Incidents et catastrophes naturelles