•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Signature de l’Accord Canada-États-Unis-Mexique : déception chez Rio Tinto

Quatre dirigeants de Rio Tinto répondent aux questions des journalistes devant un micro.

De gauche à droite : Jean-François Nadeau, Richard Guay, Gervais Jacques et Nathalie Morin de Rio Tinto.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les dirigeants de Rio Tinto sont déçus que le Canada, les États-Unis et le Mexique ont signé un nouvel accord de libre-échange commercial vendredi sans retirer les tarifs douaniers sur l'aluminium canadien exporté aux États-Unis.

La haute direction de l'entreprise présentait ses priorités aujourd'hui devant 125 membres de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord.

L’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) a été signé aujourd’hui. Il remplace l’Accord de libre-échange Nord-Américain (ALENA).

Les États-Unis n'ont toutefois pas retiré les droits compensatoires de 10 % imposés sur l'aluminium canadien.

Le premier ministre Justin Trudeau affirme qu’il continue de négocier avec les États-Unis pour le retrait des tarifs sur l'aluminium et l'acier.

Une plainte avait aussi été logée devant l'Organisation mondiale du commerce.

Le directeur exécutif des opérations Atlantique chez Rio Tinto estime que ces droits compensatoires n’ont pas lieu d’être.

Il n'y a pas de raison d'y avoir ni quota ni tarif, c'est un libre échange. L’ACEUM a été signé, l'aluminium devrait circuler de façon librement à travers les frontières. 85 % de nos clients sont aux États-Unis , souligne Gervais Jacques.

Une salle d'entreposageAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'intérieur d'une usine de Rio Tinto au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada

Dialogue entre grands employeurs

La présentation des priorités de Rio Tinto devant la Chambre de commerce a aussi permis d’apprendre que les grands employeurs se concertent pour faire face aux défis de la pénurie de main-d’oeuvre au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Rio Tinto, Produits forestiers Résolu, la mine Niobec et Elkem Métal ont des échanges sur la disponibilité des sous-traitants qui entretiennent les équipements lors des arrêts planifiés.

Une affiche de l'entreprise indique le nom de l'usine. En arrière plan, il y a l'usine.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'usine Saint-Félicien de Produits forestiers Résolu

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Quand on fait des arrêts planifiés, on a besoin de contracteurs qui vont venir faire des travaux de rénovation, explique Gervais Jacques. On a déplacé des arrêts récemment.

Gervais Jacques, directeur exécutif des opérations Atlantique, Rio Tinto

À l'interne, la multinationale a aussi créé un comité pour gérer l'impact de la pénurie sur ses sous-traitants.

La multinationale a recruté à elle seule 350 nouveaux employés depuis le début de l'année au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

D’après le reportage de Gilles Munger

Saguenay–Lac-St-Jean

Commerce