•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Les métiers d’art du Québec : une vitrine sur le savoir-faire artisanal

    Un homme se tient debout à côté de rouleaux de tissus et observe la fibre.

    Les artisans du Québec sont reconnus pour leur savoir-faire et leur créativité

    Photo : Radio-Canada / Reportage de l'émission Caméra-moto du 13 mai 1972

    Radio-Canada

    Les métiers d'art connaissent, depuis les années 1960, un attrait indéniable au Québec. Que ce soit pour l'originalité, la beauté ou l'utilité des objets qu'ils créent, les artisans de la province sont reconnus pour leur savoir-faire et leur créativité. À l'occasion de la 63e édition du Salon des métiers d'art du Québec, nos archives dévoilent les techniques uniques de certains artisans québécois.

    Le premier Salon des métiers d’art du Québec est organisé en 1955 à Montréal. Depuis, des centaines d’artisans y exposent leurs créations année après année.

    Le Salon devient dès lors une vitrine incontournable pour mettre en valeur leur expertise.

    Dans ce véritable carrefour de la création québécoise, les visiteurs peuvent découvrir et acheter des objets originaux fabriqués à la main.


    Une technique unique de fabrication de papier

    Située dans une ancienne école de Saint-Joseph-de-la-Rive, la papeterie Saint-Gilles fabrique du papier de manière artisanale, selon une vieille tradition française du 12e siècle.

    Pourtant, rien ne destinait Georges Audet à devenir maître-papetier, car « dans mon enfance, je n’avais jamais eu cette tentation ou même ce rêve ». Il démontre toutefois une habileté très jeune à comprendre le procédé et part faire son apprentissage en France.

    Il raconte l’histoire qui l’a mené à faire du papier artisanal à la journaliste Michèle Pérusse, à l’émission Reflets d’un pays du 15 septembre 1978.

    Et c’est à la suite de sa rencontre avec Marcel Langelier, ancien navigateur, que l’aventure de la papeterie Saint-Gilles s’envole. Depuis, ils mettent en pratique une technique « unique en Amérique du Nord ».

    Dans l'atelier, Marcel Langelier présente les étapes de fabrication du papier.

    Reflets d’un pays, 15 septembre 1978

    L’artisan, des fois, ne dévoile pas certains secrets, ce n’est pas par mesquinerie. Si tu travailles pour un patron, des patrons, on garde un certain cachet nous autres les artisans.

    Georges Audet, maître-papetier

    La « recette » du papier que Marcel Langelier et Georges Audet utilisent dans leur papeterie n’a jamais été écrite. Elle n’est transmise qu’oralement aux artisans qui les accompagnent et à leur descendance.


    L’art de la dentelle, une question de survie

    Ce métier, vieux de 400 ans, a beau être à l’agonie, les dentellières d’aujourd’hui sont des passionnées.

    Johanne Faucher, journaliste

    L’art de tisser le tissu le plus fragile au monde a souvent failli se perdre au fil du temps, car les dentellières quittaient ce monde sans en transmettre la technique.

    L'art de la dentelle a été apporté sur le territoire québécois par les Filles du roi, mais le climat du Québec n'a pas favorisé son épanouissement. Toutefois, les connaissances de la fabrication de la dentelle ont survécu grâce au travail assidu des communautés religieuses.

    Puis le savoir s’est transmis à de nouvelles générations de dentellières.

    En 1981, une association de dentellières du Québec est créée afin de promouvoir cet art et de réunir les personnes voulant fabriquer de la dentelle. En 2000, on dénombrait environ 400 membres; en 2006, ce nombre double presque, avec 750 membres.

    Le regroupement permet l'échange de techniques et de connaissances.

    Au Montréal ce soir du 19 décembre 2000, la journaliste Johanne Faucher se rend à Saint-Basile-le-Grand pour y rencontrer la petite société des dentellières rassemblées au centre communautaire.

    Montréal ce soir, 19 décembre 2000

    L’enseignement prodigué aux jeunes permet à l'art de la broderie et de la dentelle de se perpétuer.

    La présidente de l’Association, Danièle Hudon, souligne que l’art de la dentellerie devrait faire partie du patrimoine, ce qui permettra une meilleure protection et une meilleure transmission du savoir.


    Créer avec un métier à tisser

    Tisser est plus qu’un simple passe-temps pour l’artisane Martine Guber. Son aventure a certes commencé ainsi, mais elle en a rapidement fait son métier.

    Des coussins, des vêtements, des accessoires ou des décorations murales, la tisserande énumère la vaste panoplie de produits qu’elle peut créer avec son métier à tisser acheté en seconde main.

    Julie, qui travaille avec Martine, a quant à elle quitté l’école pour se concentrer à temps plein à sa passion pour le tissage.

    Les deux tisserandes livrent quelques secrets de leur métier aux animateurs Arlette Cousture et Serge L’Italien de l’émission Caméra-moto du 13 mai 1972.

    Caméra-moto, 13 mai 1972

    L’artisane admet que, puisque plusieurs boutiques et grands magasins convoitent ses produits, son métier devient de plus en plus commercial. Mais elle soutient que son atelier ne deviendra jamais une usine.


    L’ancienne technique du verre plombé

    À l’émission Femme d’aujourd’hui du 12 décembre 1979, l’animatrice Louise Hamel rencontre Geneviève Dufresne et Elizabeth Duguay. Les deux artisanes travaillent le verre pour faire des créations colorées et vibrantes.

    Les propriétaires de l’atelier Le Toucan confectionnent ensemble une multitude d’objets de verre plombé : des coffres à bijoux, des lampes, des bibelots, ou encore des vitraux pour les fenêtres.

    Femme d’aujourd’hui, 12 décembre 1979

    Elles expliquent à Louise Hamel les différentes étapes de création de verre plombé. Il s’agit ici de la plus ancienne de deux techniques principalement utilisées par les artisans verriers.

    Dessinant leurs propres patrons, les deux artisanes fabriquent ainsi des œuvres uniques.

    Le Salon des métiers d’art du Québec se tient cette année du 6 au 16 décembre 2018 à la Place Bonaventure à Montréal. Cet événement culturel est une occasion idéale pour rencontrer les artisans et admirer leurs créations originales.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Arts