•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un séisme de magnitude 7 provoque d'importants dommages en Alaska

Une voiture est emprisonnée sur une section d'une bretelle d'accès qui s'est effondrée, à Anchorage. Photo: The Associated Press / Dan Joling
Radio-Canada

Un puissant séisme de magnitude 7 a secoué l'Alaska vendredi matin (heure locale). Le tremblement de terre a endommagé des routes et des bâtiments, a causé des pannes d'électricité et de téléphone, et a poussé de nombreux résidents à fuir leur maison.

Peu de temps après le séisme et les secousses qui ont suivi, une alerte au tsunami a été lancée, puis a été levée un peu plus d'une heure plus tard. Cette alerte visait les régions côtières du sud de l'État, plus spécifiquement Cook Inlet, l'île Kodiak et la péninsule Kenai.

Les autorités géologiques américaines disent que l'épicentre du tremblement de terre se trouvait à environ 13 kilomètres au nord d'Anchorage, la ville la plus peuplée de l'Alaska, avec quelque 300 000 habitants.

Le gouverneur a déclaré l’état d’urgence afin de recevoir toute l'aide fédérale disponible. Un centre d'urgence a été mis en place sur la base militaire d’Anchorage, d'où les opérations sont dirigées.

Quelques personnes se sont rendues à l'hôpital pour des blessures, la plupart mineures.

Mais le service de police d'Anchorage fait état « d'importants dégâts d'infrastructures ».

En plus de provoquer de graves dommages au réseau routier, le tremblement de terre a également secoué violemment les bâtiments, causant des lézardes dans les murs et faisant tomber entre ces derniers morceaux de plafond et objets.

Le séisme a aussi provoqué des incendies, des centaines de fuites de gaz et l’effondrement de quelques bâtiments. Les autorités demandent d’ailleurs à tous les résidents qui observent des fissures structurelles majeures sur leur maison d'évacuer les lieux.

« De nombreuses habitations et de nombreux bâtiments sont endommagés. Un grand nombre de routes et de ponts sont coupés. Ne prenez pas la route si vous pouvez l'éviter. Cherchez un abri sûr », a recommandé la police d'Anchorage à la population dans un communiqué.

La sénatrice de l’Alaska, Lisa Murkowski, a souligné la difficulté de réparer les dommages en pleine saison froide.

« Nous sommes en plein milieu de l’hiver. Ce n’est pas la saison de la construction. Alors la façon de composer avec la situation, c’est épineux », a-t-elle déclaré.

Selon de nombreux témoignages, le tremblement de terre a été violemment ressenti par la population, habituée aux séismes de faible intensité, dans un État qui en ressent plusieurs dizaines chaque année.

Les Alaskains ont d'ailleurs été prévenus que d'autres secousses pourraient survenir dans les prochains jours, probablement de moindre intensité.

Maurice Lamontagne, sismologue à Ressources naturelles Canada, indique que ce tremblement de terre est de même magnitude que celui survenu en 2010 à Port-au-Prince. Mais les dommages ont été moins graves que là-bas, souligne-t-il, car « les constructions sont assez bien faites pour bien résister ».

« Ce matin, le séisme a été assez profond et relativement limité en étendue, probablement 40 km de long. Il était trop profond, 40 km sous la surface, et d’une magnitude trop modeste pour rompre le fond de l’océan et provoquer un tsunami », explique-t-il.

Entrevue avec le sismologue Maurice Lamontagne.

La vie quotidienne perturbée

Des équipes vérifient actuellement les routes et les ponts dans tout l’État.

Le trafic aérien à l'aéroport d'Anchorage a été suspendu le temps d'évaluer les dégâts. Les arrivées et les départs ont repris en début d'après-midi.

Quant aux activités ferroviaires, elles ont complètement cessé en raison d'importants dommages au centre des opérations d'Anchorage, et ne devraient reprendre que dans un jour ou deux.

L'oléoduc pétrolier qui traverse l'Alaska a lui aussi été fermé, par précaution.

L'Université d'Alaska à Anchorage (UAA) a fermé son campus et a appelé tous ses employés « non essentiels » à rentrer chez eux.

Les écoles, qui seront fermées jusqu'à mercredi, appelaient les parents à venir chercher leurs enfants « lorsqu'ils jugeraient être en mesure de le faire sans danger ». « S'il vous plaît, soyez courtois envers les autres parents et restez calmes », insistait le District scolaire d'Anchorage.

Les deux plus gros hôpitaux d'Anchorage ont été légèrement endommagés. À l'Hôpital régional de l'Alaska, murs et planchers ont été fendus et plusieurs fuites d'eau ont été observées. L'urgence de l'hôpital est ouverte, mais toutes les opérations chirurgicales non urgentes et les rendez-vous ont été annulés.

Le 27 mars 1964, un séisme de magnitude 9,2, le plus violent jamais enregistré aux États-Unis et dans le monde, avait frappé la région d'Anchorage. Il avait duré plusieurs minutes et avait provoqué un raz-de-marée destructeur sur toute la côte ouest américaine, faisant 130 victimes.

Avec les informations de CNN, Anchorage Daily News, et Agence France-Presse

Incidents et catastrophes naturelles

International