•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Danser comme dans Fortnite avec la Fureteuse fransaskoise et un jeune pro

Antony Salisbury montre à Nicole Lavergne-Smith comment danser.
Antony Salisbury enseigne à la Fureteuse fransaskoise comment danser Photo: Radio-Canada / Adnan Mohamad
Radio-Canada

Dans la cour d'école, à l'épicerie, dans la rue, avez-vous remarqué ces jeunes qui effectuent d'amusants pas de danse? Je crois que c'est l'effet Fortnite, ce jeu vidéo hyper populaire parmi la jeune génération qui met aussi l'accent sur le fait de bouger.

Un reportage de Nicole Lavergne-Smith et d'Adnan Mohamad

Ma compréhension du jeu vidéo Fortnite, c’est que le joueur doit essayer d’être le dernier survivant d'une île sur laquelle se retrouvent 99 autres joueurs. Les joueurs sont des personnages et ces derniers effectuent de nombreux mouvements de danse dans le jeu.

C'est en regardant une vidéo d'un jeune fransaskois de 11 ans, bourré de talent et qui vit à Saskatoon, que j'ai vraiment compris pourquoi je voulais apprendre à danser comme dans Fortnite. Antony Salisbury, comme je pouvais le voir dans sa vidéo, est un vrai pro.

Il a accepté de m'enseigner la méthode Fortnite et les mouvements de danse nommés emotes.

Antony a découvert ce jeu alors qu’il visitait ces cousins au Québec cet été. Et ce qu'il a immédiatement adoré dans le jeu, c'est la danse.

Antony est un vrai passionné. Il participe à un cours différent, d'un type de danse différente, chaque soir de la semaine.

Tout le monde adore ça quand je fais la danse parce que tout le monde joue le jeu, c’est très populaire.

Antony Salisbury

Maintenant qu'il connait le jeu Fortnite, il peut encore mieux partager son amour de la danse à ses amis, parce que le jeu est connu de tous, d'après lui.

Même si Antony aime bien jouer à Fortnite, il dit qu’il ne joue pas autant que certains de ces collègues de classe. Certains peuvent jouer plusieurs heures par jour, précise-t-il. Chez lui, Antony a le droit de jouer environ une fois par semaine et pour une période de 60 minutes maximum.

Une photo d'Antony et sa maman ElisabethAntony Salisbury et sa maman, Elisabeth Foucault Photo : Elisabeth Foucault

Sa mère Elisabeth Foucault, une optométriste de Saskatoon, croit qu’il est important de donner des limites aux enfants.

C’est beaucoup de demande sur les yeux, mais pour le cerveau qui doit analyser ces stimulus constamment puis les stimulus deviennent tellement brillants colorés et rapides. C’est beaucoup d’images pour le cerveau à analyser donc c’est très fatigant,souligne-t-elle.

Je n'ai pas l'impression que cette limite de temps dérange Antony. De toute façon, sa semaine semble être trop chargée pour jouer plus souvent. Il doit s'exercer au piano, il chante, il joue au hockey et bien sûr, il pratique ses mouvements de danse autant que possible.

Je dois dire que c'était vraiment une chance pour moi d'avoir accès à un enseignant avec autant de talent et de patience pour apprendre les mouvements de Fortnite.

Peut-être que, moi aussi, je vais commencer à danser à l’épicerie... un instant, je le fais déjà, mais maintenant, je connais de meilleures chorégraphies.

Saskatchewan

Jeux vidéo