•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commémoration du 29 janvier : le terme « islamophobie » évacué

Une photo montrant une famille d'immigrants à Québec vandalisées avec l'écriture : « Invasion barbare, ce n'est pas au Québec de s'intégrer à l'islam. »

Des photos d'une exposition à la place éphémère du pont Dorchester, à Québec, ont été vandalisées deux fois l'été dernier.

Photo : Facebook/Richard Fecteau

Radio-Canada

La journée de commémoration réclamée le 29 janvier par les leaders musulmans ne serait plus uniquement centrée sur la lutte contre l'islamophobie. Le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) propose désormais une journée d'action « contre la haine et l'intolérance » en général.

Un texte de David Rémillard

Dans son plus récent appel à instaurer une journée nationale de commémoration le 29 janvier, date de l'attentat à la grande mosquée survenu en 2017, le CNMC a retiré le terme « islamophobie » de son libellé.

La « Journée nationale de commémoration et d'action contre l'islamophobie », demandée au gouvernement fédéral une première fois en janvier dernier, deviendrait plutôt la « Journée nationale d'action contre la haine et l'intolérance ».

Une façon d'inclure d'autres minorités culturelles ou religieuses.

« Nous croyons que la meilleure façon de combattre la haine et l'intolérance est de s'unir », exprime le CNMC dans une lettre ouverte envoyée le 22 novembre au ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme, Pablo Rodriguez.

Aucune communauté ne peut à elle seule combattre cette haine.

Extrait de la lettre du CNMC

Le fait que les crimes haineux soient en hausse au pays a également encouragé le CNMC à élargir la symbolique du 29 janvier à d'autres communautés et à tous les Canadiens.

Mais on ne perd pas de vue l'islamophobie. Pour les musulmans du Canada, « la journée sera toujours inextricablement liée à l'attaque dévastatrice à Québec », précise le président du CNMC, Ihsaan Gardee.

« Nous voulons attirer l'attention sur la nécessité de s'attaquer aux causes profondes de l'islamophobie et de toutes les autres formes de xénophobie, à savoir la haine, l'intolérance et le racisme. »

Appui du Centre culturel islamique

À l'instar d'une centaine d'associations musulmanes, le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) est signataire de la lettre du CNMC et a ainsi donné son accord à la modification proposée.

Avant même que le CNMC n'arrive avec cette nouvelle formulation, la réflexion avait déjà été faite du côté de Boufeldja Benabdallah, cofondateur du CCIQ.

« C'est une question d'évolution de ma mentalité moi-même. Quand on a contribué à cette proposition, j'ai eu des appels et des gens m'ont dit qu'"islamophobie", ça ne passerait pas », explique-t-il en entrevue à Radio-Canada.

[Le mot "islam"] est encore chargé d'une connotation péjorative. Même si le drame s'est déroulé contre les musulmans, le mot "islam" demeure chargé de cette violence qui se passe ailleurs.

Boufeldja Benabdallah, cofondateur du CCIQ

Devant une réaction potentiellement épidermique de la société canadienne, il juge raisonnable d'élargir le concept à toute forme d'intolérance contre les minorités, « religieuses ou sociales ».

« Je me suis dit qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'idée. [...] S'il y a autre chose à changer pour qu'on reconnaisse qu'il ne faut plus qu'il y ait d'acte de haine envers quiconque, moi je peux changer, on peut enlever "islamophobie" et on verra », ajoute M. Benabdallah.

Pas question toutefois de changer de date. « Sinon, ça n'aura pas de substance. Ça ne dira rien dans la conscience des gens. » Pour le CCIQ, la tuerie qui a fait six morts et cinq blessés graves est le « cumul de cette haine ».

M. Benabdallah croit cependant qu'il faudra tôt ou tard être capable d'« enchâsser » le terme « islamophobie » « dans des règlements », au même titre que l'antisémitisme. « On y reviendra dans une discussion sereine. »

Statu quo au fédéral

Du côté du gouvernement de Justin Trudeau, la réflexion est toujours en cours, près d'un an après la première demande du CNMC.

Au cabinet du ministre Rodriguez, la ligne n'est pas différente du temps où Mélanie Joly occupait cette fonction l'an dernier. On dit « prendre acte » de la proposition.

Quelques jours avant le premier anniversaire de la tuerie du 29 janvier, le premier ministre Trudeau s'était montré ouvert à commémorer cette sombre journée, mais disait craindre des contrecoups d'une telle désignation.

« Je pense que c’est important de souligner l’intolérance envers les gens croyants, mais on veut éviter le genre de backlash [contrecoup] qu’on voit des fois quand on fait des actions comme ça parce que, malheureusement, il y a encore une petite minorité intolérante », avait-il dit.

Minorités culturelles

Société