•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le discours du Trône est adopté : le gouvernement Higgs survit

Un plan rapproché de Blaine Higgs.
Le gouvernement Higgs survit à un vote de confiance au Nouveau-Brunswick. Photo: Radio-Canada / Élisa Serret
Radio-Canada

Le gouvernement minoritaire de Blaine Higgs, au Nouveau-Brunswick, a survécu à son premier vote de confiance à l'Assemblée législative de la province. Son discours du Trône a été adopté par 25 voix contre 23.

Comme on s'y attendait, les trois députés de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick ont voté en faveur du discours du Trône.

Deux votes au préalable

Des votes sur une proposition d'amendement et de sous-amendement au discours du Trône avaient précédé le vote ultime.

Le premier vote portait sur un sous-amendement mis de l'avant par les progressistes-conservateurs eux-mêmes. Il proposait d'exempter la région de Sussex du moratoire sur le gaz de schiste imposé par l'ancien gouvernement libéral.

La reprise de l'exploration en vue d'extraire du gaz de schiste est l'une des priorités du gouvernement Higgs, mais elle n'a pas l'appui inconditionnel des députés de l'Alliance des gens, les alliés du gouvernement minoritaire. Le député allianciste Rick Desaulniers a exprimé son opposition à la levée pure et simple du moratoire, il y a quelques jours.

Le gouvernement a donc rédigé un sous-amendement qui prévoit la levée du moratoire uniquement dans la région de Sussex, où sa levée bénéficie d'appuis incontestables. Ce sous-amendement a été adopté par 26 voix contre 22. Les trois députés alliancistes ont voté en sa faveur, de même que le député libéral de Saint-Jean-Havre, Gerry Lowe.

Un travailleur ajuste les tuyaux pendant une opération de fracturation hydraulique près de Mead, au Colorado. (Archives 2014)Le gouvernement Higgs est favorable à la reprise de la fracturation hydraulique. Photo : Associated Press / Brennan Linsley

Les députés sont ensuite passés au vote sur une proposition d'amendement des libéraux qui visait à préserver le moratoire. Cette proposition venait d'être amendée afin d'inclure l'exemption au moratoire pour la région de Sussex. Encore une fois, le député Gerry Lowe s'est rangé du côté des conservateurs et des alliancistes et la proposition a été adoptée à 26 contre 22.

Le chef libéral Brian Gallant avait autorisé ses députés à voter librement sur le gaz de schiste. Le député Lowe a toutefois voté contre le discours du Trône lui-même.

Le discours du Trône adopté, les travaux de la Chambre ont été ajournés jusqu'au 11 décembre. Le budget en immobilisations du gouvernement, qui comprendra les dépenses en capital pour les routes, écoles et hôpitaux, sera déposé à ce moment-là.

Un résultat attendu

La survie du gouvernement Higgs faisait peu de doute avant le vote de confiance tenu vendredi matin. Les progressistes-conservateurs s'étaient assuré l'appui des alliancistes en acceptant de limiter la levée du moratoire sur la fracturation hydraulique à la seule région de Sussex, ce qui leur a donné les trois votes qu'il leur manquait pour faire adopter le discours du Trône.

Kris Austin lors d'une allocution à l'Assemblée législative. Le chef de l'Alliance des gens, Kris Austin, et les deux autres membres de son caucus ont voté en faveur du discours du Trône. Photo : Assemblée législative du Nouveau-Brunswick

Au lendemain des élections du 24 septembre, l'Alliance des gens avait offert son soutien aux conservateurs pour qu'ils puissent gouverner sans craindre d'être défaits à tout moment pendant 18 mois. Les progressistes-conservateurs n'ont récolté que 22 sièges lors des élections, alors qu'il en fallait 25 pour avoir la majorité. L'ajout des trois votes de l'Alliance leur permet d'obtenir cette majorité.

Le soutien de l'Alliance n'a toutefois pas pris la forme d'une coalition formelle entre les deux partis, ce qui maintient le gouvernement Higgs en situation de vulnérabilité.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale